Un peu de douceur ce matin. Je vous annonce que finalement le bonheur n’est pas back order cette année. Qui aurait cru que c’est en décembre 2020, l’année de tous nos malheurs, que j’aurai été le plus agréablement surprise, car voyez-vous après 24 ans de silence, mon garçon autiste et non verbal a dit ses premiers mots.

Nathalie Bertrand Nathalie Bertrand
Maman de Loïc, autiste

Pour vous faire une histoire courte, mon fils est complètement non verbal, et ce, depuis bientôt 25 ans. Une huître est plus loquace que mon beau garçon. Parfois, nous avons entendu une finale et un gargouillis qui s’apparentaient à des mots, mais rien de clair. Après avoir fait de multiples démarches pendant ces deux dernières années pour être épaulé dans sa médication et après avoir changé certains de ses médicaments et spécialistes, il est sorti des limbes.

Lors de ses premiers mots, je suis resté pareil comme mon fils ces dernières années : sans voix. De plus, non seulement il s’est mis à dire des mots, mais plusieurs ! Nous sommes passés du néant total à maintenant plus de 40 mots. Bon, d’accord, nous sommes encore loin du prix Nobel de littérature, mais quelle joie ! C’est d’ailleurs assez étonnant que des chercheurs se pencheront bientôt sur son « cas » et probablement sur le mien si je ne redescends pas sur terre.

Pourquoi vous écris-je cela ce matin ? Bien évidemment, je sais pertinemment que vous avez d’autres dossiers, tracas et soucis en tête.

Je vous écris ce court message simplement pour donner une bonne nouvelle. Une bonne nouvelle, point ! Petite, microscopique, mais une bonne nouvelle.

Vous dire le nombre de fois où on m’a regardée de haut, que dis-je, de très haut parce que je ne désespérais pas que mon fils puisse parler un jour. Malgré bien des regards bien condescendants, je n’ai jamais arrêté d’y croire. Bref, en rêver !

Bien évidemment, rêver de gagner au loto, retrouver nos 20 ans ou de croire au retour des Nordiques reste un brin périlleux, mais croire à ses rêves est non seulement primordial, mais immensément nécessaire.

Je vous souhaite un bon début d’année et croyons toutes et tous en nos rêves même les plus fous. Et surtout, profitons de la chance de manier la parole avec aisance pour nous souhaiter un magnifique et inoubliable début d’année.

Qui sait ce que 2021 vous donnera en cadeau ? Naaah, le retour des Nordiques n’est pas une bonne réponse, mais de la bienveillance et de l’espoir, pourquoi pas. Pourquoi pas !

Bonne année à toutes et à tous ! Et salutations à la technicienne en éducation spécialisée de Loïc, super Mme Amélie !