En cette année des plus éprouvantes, la confiance que nous nous accordons les uns envers les autres est le socle sur lequel nous pouvons bâtir notre réussite économique collective. Elle nous permet de faire face aux plus grands défis de notre époque en misant sur le talent et l’expertise de nos entrepreneurs les plus aguerris.

Andrée-Lise Méthot Andrée-Lise Méthot
Fondatrice et associée directeure de Cycle Capital Investisseur et membre du conseil d’administration d’Enerkem

Depuis près de 12 ans, Cycle Capital s’allie à ces entrepreneurs nord-américains qui souhaitent propulser leurs innovations en technologies propres afin de contribuer à freiner les changements climatiques. Nous plaçons notre confiance entre les mains de visionnaires dont la capacité d’exécution est aussi ambitieuse que les idées et les valeurs qu’ils portent.

La famille Chornet, digne de confiance

C’est en 2009 que le DEsteban Chornet nous présente la technologie de rupture révolutionnaire d’Enerkem et que nous découvrons l’immense talent de l’équipe d’Enerkem, dont son fils Vincent, PDG de l’époque, qui nous a quittés en 2019 et qui jusqu’à son dernier souffle négociait encore des conditions de financement.

Depuis la création de Cycle Capital, nous partageons les succès et les défis de cette équipe qui cherchera, en alliant avec rigueur la science à la capacité d’exécution industrielle, à mettre en œuvre le rêve d’un substitut commercial écologique à la chimie du pétrole à partir de matières résiduelles non recyclables et de biomasse forestière résiduelle.

Le développement de cette solution en économie circulaire, avec une usine en production depuis quelques années déjà à Edmonton, prend un nouvel essor avec le lancement des travaux d’une seconde usine à grande capacité.

Un parcours exigeant et truffé d’embûches

Tout au long du développement de cette technologie et de ses usines de production, nous avons reçu de nombreux appuis, mais nous nous sommes aussi heurtés à l’incompréhension et parfois même au mépris.

C’est une grande fierté pour notre équipe d’avoir pu contribuer aux étapes charnières de ce projet de classe mondiale et ambitieux pour le Québec, en accompagnant ces entrepreneurs déterminés dans la réalisation de leur rêve. Notre seul regret, c’est que Vincent n’aura pas eu la chance de célébrer, de son vivant, une étape aussi emblématique que cruciale, soit une usine au Québec. Mais ce qui nous conforte, c’est que le PDG actuel de l’entreprise, Dominique Boies, a embrassé pleinement la mission et l’exécution de ce grand projet vraiment révolutionnaire en parfaite symbiose avec son équipe, les investisseurs et le conseil d’administration ; un alignement d’intérêts fondamental pour mener à terme ce type de projet industriel.

La confiance attire la confiance

L’investissement de 875 millions de dollars annoncé à Varennes sera parmi les plus grands projets industriels verts nord-américains de la décennie. Il contribuera à réduire de 75 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux anciennes technologies chimiques du pétrole.

C’est une réussite qui débute par l’engagement des fondateurs, se poursuit grâce à l’acharnement de l’équipe d’Enerkem et des partenaires financiers ainsi que des fournisseurs qui, à leur tour, ont cru à la qualité du projet et de l’équipe pour faire d’une idée, une entreprise florissante.

Voilà pourquoi des partenaires industriels comme Suncor, Shell, Proman, mais aussi des investisseurs québécois comme Fondaction, le Fonds de solidarité FTQ, Investissement Québec et la Banque Nationale ont joint le projet. À cet effet, il faut absolument saluer à grands traits la résilience et l’incroyable collaboration des investisseurs des premières heures d’Enerkem, Rho Ventures, Braemar, Energy Ventures et Michael Dennis, un ange investisseur de la région de New York ; des investisseurs privés américains, sans qui Enerkem n’existerait plus. Nous ne pouvons passer sous silence la contribution d’Hydro-Québec comme partenaire stratégique à ce projet d’usine au Québec. J’aimerais aussi saluer le travail dévoué de fonctionnaires à Québec qui durant toutes ces années y ont cru, prudemment mais sûrement. Enfin, merci à la Ville de Varennes, au gouvernement du Canada — les ministres Mélanie Joly et Catherine McKenna — et au gouvernement du Québec.

À mon sens, cette usine d’Enerkem est l’exemple parfait de cette relance verte qu’il faut réaliser, mais avec prudence et rigueur.

C’est d’ailleurs ainsi que le gouvernement du Québec a procédé, permettant au premier ministre Legault et à son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, d’y souscrire en contribuant pleinement au financement actuel via Investissement Québec, à la suite d’une longue revue diligente qui s’est amorcée il a presque deux ans. Parce qu’il faut de la mémoire, je veux aussi souligner que dans les moments les plus difficiles, c’est Pauline Marois et sa ministre, feue Élaine Zakaïb, qui avaient soutenu le projet de croissance d’Enerkem dans le cadre d’une ronde de financement.

Enerkem s’inscrit ainsi dans la foulée des bonnes nouvelles pour l’économie verte du Québec, partageant un avenir ambitieux aux côtés de Lion électrique, Elysis et Alliance Magnésium.

Confiance en l’avenir

C’est d’abord comme ingénieure et géologue que je me suis intéressée au sort de notre planète. Déjà il y a 20 ans, le diagnostic du réchauffement climatique était clair et les solutions pour remédier à la situation étaient connues, ce qui ne nous a pas empêchés, comme société, de faire la sourde oreille, et ce malgré les campagnes de sensibilisation répétées. J’ai fondé Cycle Capital pour accélérer ce virage et faciliter l’arrivée de solutions innovantes qui auraient un impact positif sur l’environnement et l’économie. C’est au contact d’entrepreneurs, des gens qui réfléchissent, planifient, et surtout exécutent et obtiennent des résultats, que notre équipe trouve un sens à l’action qu’elle mène quotidiennement.

Si Vincent Chornet était avec nous aujourd’hui, il nous dirait peut-être qu’encore une fois, « on a fait mentir ceux qui ne voyaient pas comment une entreprise verte pouvait être rentable ». C’est pour cela que nous lui avons accordé notre confiance, et c’est également cet esprit qui anime toujours l’équipe actuelle, et pourquoi nous serons encore avec confiance à leurs côtés pour voir Enerkem révolutionner les façons de faire ici et partout sur Terre.

 > Lisez « Une usine attendue d’Enerkem se matérialise »