Nous, les commerçants qui l’habitent et lui donnent vie, ne la reconnaissons plus. Cette rue, elle souffre. Elle souffre d’une indifférence si aiguë qu’elle risque d’y laisser sa peau.

Madeleine De Villers et Judith Noël Gagnon
Respectivement de Zone et Mycoboutique, et plus de 60 commerçants signataires de la rue Saint-Denis*

Alors qu’on nous martèle que nous entrons dans une ère de relance économique, alors que l’achat local est primordial et qu’on nous répète qu’il ne faut pas perdre nos entrepreneurs, car ils sont la clé d’une santé économique renouvelée, la Ville semble tout mettre en œuvre pour nous faire fermer.

Si les travaux de 2015-2016 nous ont affaiblis, la pandémie nous a presque achevés. Alors que nous commencions à sortir la tête hors de l’eau, nous apprenons que de nouveaux travaux débutent pour la construction du Réseau express vélo (REV). Un réseau qui enlèvera tout espace de stationnement (déjà peu nombreux) pendant les mois de construction, et deux voies de circulation en définitive. Ces modifications auront des conséquences majeures sur l’accessibilité à nos commerces pour la clientèle, particulièrement pendant l’hiver et la période des Fêtes. Elles entraveront les livraisons et les expéditions, et, par conséquent, l’approvisionnement et le commerce en ligne.

On se pose la question : comment un projet qui empêchera les livreurs de livrer, les consommateurs de consommer et les commerçants de commercer peut-elle aider les entrepreneurs à jouer leur rôle dans cette relance ?

À force de se faire mettre des bâtons dans les roues par la Ville quand, du même coup, elle leur demande de courir, les commerçants vont quitter la rue, l’indifférence les fera fuir.

Soyons clairs, nous sommes en faveur d’une vision globale de mobilité durable, mais nous déplorons le manque de vision globale en faveur d’une économie vivante.

Nos demandes répétées pour obtenir des informations sont demeurées lettre morte. Une étude d’impact sur la fluidité de la circulation a-t-elle été menée ? Un plan pour assurer la cohabitation sécuritaire des piétons, des cyclistes et des automobilistes a-t-il été élaboré ? Si cela a été fait, les résultats ne nous ont jamais été communiqués.

Nous ne savons même pas comment les esquisses du REV ont été déterminées. L’administration municipale a-t-elle seulement un plan pour assurer la viabilité et la survie des commerçants de la rue ?

En mode solutions, les commerçants ont pourtant fait preuve de flexibilité auprès de la Ville : nous avons proposé un report des travaux au printemps 2021 ou des voies express temporaires.

Mais alors qu’on se fait dire qu’il faut se réinventer, la municipalité, elle, est incapable de le faire.

Les conséquences seront lourdes à porter, puisque derrière chaque commerce qui ferme se conjugue une multitude d’histoires : des retraites perdues, des relèves entrepreneuriales qui détournent le regard, des destinations qui n’existeront plus à Montréal, des expertises non renouvelées, des consommateurs qui iront ailleurs.

Nous voulons que la Ville nous redonne le droit d’exploiter nos commerces. On veut seulement qu’elle nous permette d’exister, de participer pleinement à la relance économique et de gagner notre pain.

Cet appel urgent vise la survie de centaines d’entreprises de commerce de détail et de services. Devant l’absence de réponses, nous demandons une rencontre d’urgence avec la mairesse Valérie Plante. Madame Plante, on ne demande qu’à vivre et à être écoutés.

* Commerçants signataires : Louise Girard, Artefact Montréal; Jocelyne Gingras et Philippe Brunet, Binerie Mont-Royal; Bernadette Boudreau, Centre Sri Aurobindo; Pierpaolo Daniele Sansone, La Panzeria; François Mayeux, Libraire Planète BD; Ariel Cohen, Mariela; Mohamed Hédi Batin, Montek Solutions ; Salah Ennasri, Nisse Import Export Inc. ; Anne-Marie Laoun, Georges et Phina, Georges Laoun Opticien, Georges Laoun Opticien; Nhat Vinhly, Sozo Sushi; Charles Abitbol, OLAM; François Patenaude, À L’affiche; Frederic Robert et MarieClaude Dupuis, Alchimiste en Herbe; Yves Archambault, Boutique Le marcheur; Camil Ouellet, Camil Coloriste; Christian Benga, Centre de Santé Dentaire Sourires Exquis; Gary Tremblay, Diese onze; Sebastian Wong, Ki ; Miloud Bekri, L’Barouf; Marc Lanthier et Patrick Perrin, Le Dressing Montréal; Tarek Ben Ghorbal, Medina Palais; Lilian Minacova, Mes fleurs en ligne; Annie Vanlian, onze-montreal; Marie-France Nado, Shop santé Montréal; Raymond Talbot, Société immobilière St-Denis-Talbot SENC; Georgia Psichogios, Auprès de ma blonde; Christian Chenail, MUSE; Véronique d’Aragon, Véronique d’Aragon; Alexandre Papadakos , Herbivores; Santiago Hul, Crystal Dreams Boutique; Daniel Perron, Dantech; Mourra Féal, Bistro l'évidence; Rajinder Chandel, Chandel; Mike Tenotas, Ciné Monde; Zoheir Hamidi, Copie Express; Zoé Mitsakis, Deuxième Peau; Jean Pierre Gobeil, Espace Ayurveda; Marie Odile Fauchois, Fauchois Fleurs; Marc Antoine Duhamel, Fringues et Café; Hugo Mainville, Hugo Mainville; Vianney Godbout-Lescouzères, La maisonnette; Hugo Poisson, Isabelle Sicotte et Martine Poitras, Le Margot Coiffure; Sungsoo You, Le spot St-Denis ; Claude Pétrin, Mochica; Monique Doz, Oz Bijoux; Marges Rahimi, Pâtisserie de Narcisse; Chun Yu Chung, Pierre St-Denis; Sean Winston, Rossetti; Marc André Thérien, Salon de coiffure M2; Yannick Obedia, Savons et provence; Alejandro Alcantar, Tacos Titan; Ari Dikijian, Voyeur