Depuis plus de cinq mois, le Québec est aux prises avec une situation exceptionnelle qui a nécessité, et nécessite toujours, des actions tout aussi exceptionnelles.

Jean-Marc Mangin et Stephen A. Jarislowsky
Respectivement de Fondations philanthropiques Canada et de la Fondation Jarislowsky, et trois autres signataires*

Le Québec en entier a dû et su adopter de nouveaux comportements et de nouvelles habitudes. La résilience des Québécoises et des Québécois a été mise à rude à preuve, c’est le moins que l’on puisse dire.

Cette nouvelle réalité est venue renforcer la solidarité québécoise. Chacun de nous s’est senti investi d’une responsabilité, d’un devoir d’agir pour la société, qui a vu trop de personnes souffrir des impacts de la pandémie sur les plans tant personnel, social qu’économique.

Nous avons été interpellés comme citoyens et nos fondations ont ainsi décidé de contribuer à freiner la propagation de la COVID-19. Depuis le mois de mars dernier, un travail étroit de collaboration avec les milieux communautaire et scientifique, les élus locaux et les institutions publiques a été entamé.

Ce travail de concertation a permis d’établir des plans d’action basés sur la science, adaptés à la réalité de chacun des territoires soutenus et répondant aux besoins locaux, car chaque communauté possède sa spécificité. Ces plans ont été élaborés par des partenaires sur le terrain qui connaissent parfaitement les enjeux et les solutions les plus propices dans leurs propres communautés. Dans une telle situation, les solutions mur à mur ne fonctionnent pas ; c’est plutôt le sur-mesure qui doit être valorisé.

Déjà lancés dans plusieurs arrondissements de Montréal, les plans d’action ont abouti à diverses initiatives allant du déploiement de mobilisateurs pour sensibiliser la population aux mesures de santé publique et à l’importance du dépistage, à la mise en place de cliniques mobiles pour augmenter l’accès aux tests en passant par le dépannage alimentaire et la distribution de kits d’hygiène et de protection pour faciliter l’isolement des personnes infectées. Notre engagement rapide et concerté avec l’arrondissement, le secteur de la santé et les acteurs locaux de Montréal-Nord illustre parfaitement le principe de collaboration qui guide nos actions en vue de trouver des solutions adaptées aux problématiques locales.

En concertation

Ces mesures, arrimées avec les acteurs de chacun des milieux de vie, ont été réalisées dans le but précis de compléter les actions gouvernementales et non de les remplacer. Nous souhaitions surtout répondre à la question suivante : pourquoi le Québec ne s’est-il pas encore doté de stratégies locales pour affronter la crise ? Pour vaincre ce virus, il est essentiel de rejoindre directement nos concitoyens, que ce soit pour les convaincre de l’importance des consignes de santé publique, pour améliorer l’accès au dépistage ou pour donner un meilleur soutien aux personnes frappées par la crise. Et toutes ces questions ne pourraient se régler en restant dans nos bureaux dans une tour du centre-ville.

Dans l’urgence de cette crise, nous devons appuyer le leadership local. Tous les acteurs de la société civile devraient travailler ensemble pour mettre en œuvre des plans d’intervention développés en concertation, adaptés à chaque milieu, applicables rapidement, basés sur la science et utiles dans une perspective à long terme. Ces plans, qui permettent de limiter la transmission de la COVID-19, sont peu coûteux quand on les compare au coût du traitement des malades dans nos hôpitaux. Ce n’est pas la quantité d’argent investi qui nous sortira de la crise, mais bien la façon dont cet argent est investi.

Notre intention est d’agir comme catalyseur et de collaborer afin que tous ces plans d’intervention soient repris rapidement par les différentes instances gouvernementales.

Le personnel administratif et politique doit s’assurer d’une mise en œuvre cohérente d’interventions pouvant prévenir la propagation de la COVID-19 dans le plus de communautés possible à Montréal et partout au Québec, et ce, à très court terme. Nos équipes, notre réseau et nos ressources sont mobilisés pour permettre à l’État d’aller encore plus loin dans ses efforts de prévention et de lutte contre le nouveau coronavirus, et ce, dans une perspective durable.

Donnons les outils nécessaires aux véritables héros sur le terrain qui consacrent de nombreuses heures à rendre nos milieux de vie sains et sécuritaires. Sans eux, nous n’y arriverons pas.

C’est en unissant nos efforts et en augmentant la capacité d’agir de nos communautés que nous stopperons la pandémie.

*Andrew Molson, Fondation Molson ; Claude Pinard, Fondation Mirella et Lino Saputo ; Claire et Sylvie Trottier, Fondation familiale Trottier