Depuis ses débuts en 1934, l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) s’est toujours fait un point d’honneur de jouer un rôle actif dans la communauté et, grâce notamment à ses activités destinées au grand public, de partager la musique symphonique avec le plus grand nombre possible de personnes de tous âges. De nos jours, hors de la période de pandémie, l’OSM propose un programme d’activités et de concerts jeunesse qui rejoint en moyenne chaque année plus de 25 000 jeunes.

Madeleine Careau et Stéphane Lévesque
Respectivement cheffe de la direction et président de l’Association des musiciens, Orchestre symphonique de Montréal

En outre, il y a quatre ans, en collaboration avec le Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île et l’Université de Montréal, l’OSM a lancé « La musique aux enfants », un programme d’éducation musicale imaginé par maestro Kent Nagano. Ce programme inédit rejoint annuellement quelque 200 élèves de l’école Saint-Rémi Annexe, située dans l’arrondissement de Montréal-Nord, afin de soutenir leur développement global et de contribuer à leur réussite scolaire.

À travers tout le Québec, des milliers de jeunes suivent des cours optionnels de musique, en complément à leur cursus de base obligatoire. Le rôle de cette formation est important, plusieurs études à travers le monde ayant démontré que l’apprentissage de la musique développe chez les jeunes l’estime de soi, la capacité de concentration, la créativité et le sentiment d’appartenance à un groupe de pairs, entre autres bienfaits sur le développement de la personne. Tout comme c’est le cas de la participation soutenue à des activités sportives, la pratique musicale peut également jouer un rôle déterminant pour contrer le décrochage scolaire.

Depuis quelques semaines, plusieurs acteurs importants de l’écosystème de l’éducation musicale s’inquiètent des répercussions de la pandémie sur l’éducation musicale au Québec. La direction de l’OSM et ses musiciens partagent ces préoccupations exprimées entre autres par la Fédération des associations de musiciens éducateurs du Québec, la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec, la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec et l’Alliance chorale du Québec.

Selon ces organisations, plusieurs directions d’école considèrent, ou ont déjà pris, la décision d’annuler les cours de musique lors de la prochaine rentrée scolaire, en raison des difficultés qu’elles éprouvent à s’adapter aux contraintes sanitaires imposées par les autorités de la Santé publique.

Nous comprenons très bien ces défis, l’OSM devant lui-même composer avec des protocoles sanitaires très stricts en vue de la reprise graduelle de ses activités en salle devant public. Toutefois, nous connaissons aussi très bien l’écosystème de l’éducation musicale et savons à quel point il peut faire preuve de flexibilité, de débrouillardise et de créativité afin de trouver des solutions aux difficultés de mise en place des directives sanitaires découlant de la pandémie.

Nous traversons une période remplie d’incertitudes et de remises en question. En cette ère de grands bouleversements, la musique peut jouer un rôle rassurant et apaisant ; un rôle de stabilisation dont la société a grandement besoin.

Des choix difficiles doivent être faits par les autorités scolaires en cette période de pandémie. Nous espérons que l’éducation musicale offerte à nos jeunes ne sera pas mise en veilleuse et qu’elle conservera pour les années à venir une place importante dans les écoles québécoises.

Plus que jamais, nos jeunes ont besoin de repères, de défis et d’exutoires. Ils ont besoin de continuer à découvrir le monde stimulant, inspirant et formateur de la musique.