La quantité de résidus jetés, évitables, est évaluée à 11,2 millions de tonnes au pays, représentant suffisamment de nourriture pour nourrir tous les Canadiens pendant près de cinq mois. La question du gaspillage alimentaire est, depuis quelques années, sur toutes les lèvres.

Daniel Tremblay Daniel Tremblay
Président du conseil d’administration des Banques alimentaires du Québec

Dans un contexte où de plus en plus d’organisations tendent à réduire leur impact environnemental et où les initiatives pour réduire le gaspillage alimentaire se multiplient, le réseau des Banques alimentaires du Québec souhaite rappeler la mission distinctive qu’il porte avec cœur depuis de nombreuses années.

Depuis plus de 30 ans, les membres du réseau des Banques alimentaires du Québec veillent à nourrir les personnes dans le besoin en récupérant des denrées alimentaires. Il a depuis récupéré, trié et partagé annuellement plus de 35 millions de kilos de denrées représentant une valeur dépassant les 200 millions de dollars. Signe que la faim est encore bien présente au Québec en 2020, chaque mois, grâce à son modèle unique de 19 Moissons, 13 membres associés, 1200 organismes communautaires locaux, 4000 employés et 15 000 bénévoles, le réseau des Banques alimentaires soutient pas moins de 500 000 personnes dans le besoin.

Le réseau des Banques alimentaires du Québec s’est également attaqué à la réduction du gaspillage alimentaire en récupérant les denrées invendues dans les supermarchés.

Ainsi, les Moissons de partout au Québec opèrent depuis 2017 le Programme de récupération en supermarchés : une solution unique et durable aux problèmes de précarité et de gaspillage alimentaire. Premier programme du genre au pays, il permet, grâce à la collaboration de nos partenaires du milieu alimentaire, de faire plus avec moins en éliminant les pertes de denrées comestibles dans les supermarchés qui sont redonnées aux personnes dans le besoin. Grâce à ce programme, le réseau peut soutenir 100 000 personnes de plus par mois. Avec le financement requis, le Programme de récupération en supermarchés pourrait permettre de soutenir, à long terme, 100 000 personnes supplémentaires de plus par mois.

Le réseau des Banques alimentaires du Québec innove par des solutions durables s’inscrivant en économie sociale et circulaire dans un contexte où il nourrit plus et mieux les personnes.

Les Banques alimentaires du Québec entendent continuer de faire ce qu’elles font de mieux : soutenir les gens dans le besoin de façon durable. Avec l’approche du dépôt du budget 2020-2021 du ministre des Finances, le réseau insiste sur l’importance de constituer un nouveau financement destiné aux Moissons d’approvisionnement, de tri et de partage de l’aide alimentaire afin de mieux les équiper, et d’améliorer les infrastructures pour permettre d’implanter le Programme de récupération en supermarchés à toutes les enseignes d’alimentation.

L’action du réseau touche une multitude de secteurs de la société. Son omniprésence dans les plans d’action gouvernementaux en est une illustration parfaite. Que ce soit sur le plan de la solidarité sociale, de la santé, de l’alimentation ou de l’environnement, les services offerts par les Banques alimentaires du Québec à la population sont essentiels à l’atteinte des objectifs que se fixent les autorités gouvernementales. Les discussions entamées avec le gouvernement sur la récupération alimentaire sont encourageantes. Le réseau des Banques alimentaires du Québec espère un signal positif rapide pour continuer d’assurer sa mission sociale distinctive dont les effets positifs se ressentent également sur le plan environnemental.