Je me soucie depuis longtemps de l’impact de nos choix collectifs sur l’environnement, et je compte parmi le nombre croissant de citoyens qui souhaitent secouer le statu quo et agir concrètement pour transformer nos façons de faire.

Pascal Longpré Pascal Longpré
Montréal

J’ai participé activement à la consultation publique sur le contrôle des circulaires, réalisée par la Commission sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs de la Ville de Montréal. 

Cette consultation est le fruit d’un travail titanesque réalisé à l’initiative de Charles Montpetit, qui, après deux ans de travail, a soumis à la Ville la pétition de 16 000 signatures requise pour en forcer la tenue. Plus de 40 mémoires ont été présentés sur place par des organismes et des citoyens, dont le mien, et 53 mémoires et 870 avis ont été transmis aux commissaires hors séance. Des milliers de citoyens de partout au Québec dénoncent cette pratique, désastreuse pour l’environnement.

La semaine dernière, la commission a remis son rapport et recommande la mise en place d’un système par inscription (opt-in) impliquant que seules les résidences ayant apposé un autocollant à cet effet recevront le Publisac. Voilà une décision pleine de sens.

Menaces de Transcontinental

Depuis lors, Transcontinental, propriétaire du Publisac, utilise toutes les tribunes possibles pour influencer les décideurs, dont la mairesse Valérie Plante, à qui les dirigeants du géant des médias adressent des menaces de poursuites à peine voilées devant la presse afin qu’elle ne donne pas suite aux recommandations et qu’elle maintienne le statu quo. Tout y passe, de ces menaces à la fermeture massive des journaux locaux, les pertes d’emplois et la survie même des familles à faibles revenus.

Nous sommes collectivement sensibles à ces enjeux. De nombreuses recommandations sont d’ailleurs faites en ce sens par les commissaires responsables du dossier. Il existe des manières de contourner certaines problématiques et d’atténuer l’impact de cette transition devenue nécessaire pour la planète. 

En matière d’environnement, nous avons tous des efforts et des deuils à faire, même Transcontinental.

Des circulaires numériques sont déjà en place et plus de 94 % des ménages ont présentement accès à l’internet. Quant aux journaux locaux, plusieurs ont déjà effectué une transition heureuse, hors Publisac ou numérique, et de nombreux autres utilisent déjà des canaux de distribution alternatifs. Des solutions existent, probantes, pérennes. Il est faux et démagogique de la part de Transcontinental de prétendre le contraire. La vérité, c’est plutôt que 5 % des revenus de l’entreprise sont en jeu.

Le canari dans la mine

Ce litige entre choix écologique et choix économique est, à l’aube de nécessaires changements dans l’exploitation de nos ressources, comme le canari dans la mine.

Les mesures nécessaires à la sauvegarde de notre environnement auront un impact important sur nos habitudes. Il faut l’accepter et agir.

Si de telles initiatives transformatrices sont empoisonnées par les lobbies, comment pourrons-nous mettre en place les mesures de l’avenir ? Le combat s’annonce long si l’on pense qu’on ne parle ici que de limiter la distribution inutile et polluante de simples circulaires publicitaires. Qui plus est à des gens qui, dans une très large proportion, n’en veulent pas. N’en déplaise aux dirigeants de Transcontinental, selon l’Institut économique de Montréal, à peine 25 % des citoyens feront l’effort d’appeler pour demander à recevoir le Publisac (une proportion qui pourrait atteindre de 35 à 40 % dans certaines régions plus éloignées). Comment arguer en faveur d’une distribution massive et indifférenciée face à un tel constat ?

Le Publisac, c’est plus de 182 millions de sacs plastique et 100 000 tonnes de déchets par an.

Ces sacs feraient 2,5 fois le tour de la Terre ou couvriraient 497 stades olympiques chaque année. Leur volume est si grand qu’il représente 11 % de tout ce qui entre dans les centres de tri québécois, soit un neuvième du problème à régler ! Ils sont recyclables, certes, mais pour l’être, le sac doit être séparé de son contenu, sinon, hop ! à l’enfouissement, ce qui arrive dans près de la moitié des cas.

Il est temps que ça cesse

Transcontinental doit respecter la décision prise par les élus choisis démocratiquement pour nous représenter. Elle doit cesser de recourir au chantage et à l’intimidation et plutôt faire partie de la solution en travaillant avec la collectivité plutôt que contre elle, pour effectuer une transition harmonieuse vers un nouveau mode de distribution plus respectueux des Québécois et des Montréalais, de leurs valeurs et de leur environnement.

Quant à nous, citoyens, il est de notre devoir de soutenir nos élus dans leur prise de décision et de les encourager à mener ce difficile combat pour notre avenir commun.