Au cours des 18 derniers mois, près de 26 % des Canadiens ont soit adopté, soit essayé le régime cétogène. Les fortes ventes de livres et de divers produits à des enthousiastes du genre démontrent que cette tendance ne va pas s’estomper de sitôt.

Sylvain Charlebois, Collaboration spéciale Sylvain Charlebois, Collaboration spéciale
La Presse

Suivez-vous le régime cétogène ? Voilà la tendance alimentaire la plus populaire en Amérique du Nord à l’heure actuelle. Au cours des 12 derniers mois, « keto » (autre nom du régime cétogène) est le mot issu du domaine alimentaire qui a été le plus recherché sur Google, et ce, à l’échelle mondiale. Le régime cétogène ne convient certainement pas à tous, mais les chiffres montrent que cette tendance n’est pas près de disparaître.

Le régime cétogène, libre de glucides, encourage plutôt ses adeptes à ingérer plus de protéines et de graisses. Il existe, bien sûr, différents types de régimes cétogènes, mais dans l’ensemble, il s’agit essentiellement de réduire l’apport en glucides.

Développé et baptisé dans les années 1920 pour traiter diverses pathologies, dont l’épilepsie, le régime keto plonge le métabolisme du corps humain en état de cétose. La cétose survient lorsque votre corps métabolise les graisses au lieu des glucides pour produire de l’énergie. En d’autres termes, avec moins de sucre, le corps finira par perdre du poids. Cela aide aussi à contrôler le diabète.

Les produits non autorisés dans le cadre d’un régime cétogène comprennent les aliments sucrés, les céréales et les féculents, le pain, l’alcool, la plupart des fruits, les haricots et les légumineuses. Une proposition cauchemardesque pour certains, puisque l’on doit se passer de plusieurs bons produits.

Mais pour ceux qui essaient de perdre du poids rapidement, ce régime semble être la recette miracle tant attendue depuis longtemps.

Toutefois, selon certaines recherches, on ne recommande pas aux personnes qui font de l’exercice physique vigoureux de suivre ce régime, car il peut restreindre l’accès du corps aux sucres au cours d’une séance d’entraînement intense.

Un régime populaire, mais méconnu

Personne ne connaît avec certitude le nombre de Canadiens qui suivent le régime cétogène. En réalité, une personne pourrait suivre deux ou trois types de régimes dans la même journée. Nous avons tous une approche différente par rapport à l’alimentation, car nous avons des besoins et des goûts différents. La plupart d’entre nous ne donnent pas de nom à leur alimentation. Ainsi, les noms « cétogène » ou autres que nous donnons aux régimes alimentaires ne sont effectivement que des noms. Même si nous ignorons le taux d’adoption du régime cétogène, nous croyons que ce nombre augmente. Un récent sondage mené par l’Université Dalhousie nous indique que 26 % des Canadiens ont soit adopté le régime keto ou l’ont essayé au cours des 18 derniers mois. En fait, l’un des livres alimentaires les plus vendus au Canada concerne le régime cétogène.

De nombreux produits alimentaires conçus spécialement pour être compatibles avec le régime cétogène sont également apparus. Ces étiquettes se retrouvent partout. Il existe même du pain keto. De nombreux produits alimentaires lancés sur le marché ciblent ainsi les consommateurs qui suivent cette diète. Cependant, même s’il existe depuis des décennies, on sait peu de choses sur l’adéquation du régime cétogène pour une personne moyenne.

De nombreuses études sont menées actuellement pour mieux comprendre ce régime et ses répercussions. Toute personne qui envisage d’adopter le régime keto devrait faire preuve d’une grande prudence et consulter son médecin au préalable.

Le choix de suivre le régime cétogène a aussi un prix. Un récent rapport suggère qu’il coûte entre 5 et 10 % plus cher qu’un régime normal sans restriction. Le surplus de gras et de protéines aura un prix, quoique le différentiel ne soit pas notable.

D’un régime à l’autre, d’une mode à l’autre, le secteur innove. Avant les deux ou trois dernières années, peu d’idées novatrices dans l’industrie alimentaire ont vu le jour. Lorsqu’un mouvement comme celui-ci devient important, une panoplie de possibilités s’ouvre pour le secteur. Les phases « sans gluten », « réduit en gras » ainsi que les mouvements pour acheter « local », « naturel » et « bio » portent un sens particulièrement important pour l’essor du secteur. Une ouverture qui mène vers des produits alimentaires plus diversifiés, mieux adaptés aux modes de vie moderne, et qui offrent une meilleure qualité de vie aux consommateurs.

Difficile de dire où la tendance du régime keto va nous mener. Le régime lui-même reste encore un mystère pour plusieurs, mais il semble qu’un nombre grandissant de consommateurs ne jurent que par le keto, et tout le monde y gagne.