Les mesures proposées par Québec la semaine dernière pour sécuriser l’échangeur des autoroutes 440 et 15 sont pertinentes pour viser à discipliner les conducteurs trop pressés pour attendre.

Roger Rivest Roger Rivest
Ingénieur retraité du ministère des Transports du Québec

Elles ne régleront cependant pas le problème le plus important : l’accumulation de véhicules sur les voies rapides.

Le refoulement de la sortie 22 sur l’autoroute 440 Ouest, particulièrement durant les périodes de pointe, est causé par la congestion sur l’autoroute 15, une réalité difficile à résoudre.

Mais même en dehors des périodes de pointe, la sortie 22 manque de capacité parce que les véhicules doivent s’entrecroiser sur la voie de desserte. C’est ce qu’on devrait essayer de limiter dans la mesure du possible.

Faisons sortir les automobilistes qui vont vers l’autoroute 15 Nord à la sortie précédente, boulevard Industriel. Plusieurs le font déjà, puisque la sortie 22 est sans cesse congestionnée.

Fermons la sortie 22 et construisons une nouvelle sortie après le viaduc du boulevard Le Corbusier et après la bretelle vers le nord. Cette dernière servirait pour l’autoroute 15 Sud et le boulevard Chomedey.

Avec deux sorties vers l’autoroute 15, sans entrecroisement, la circulation serait plus fluide, ce qui permettrait d’éviter le freinage brusque et les manœuvres de dernière minute caractéristiques de cette sortie, et dont on a récemment pu constater les tristes conséquences.

IMAGE TIRÉE DE GOOGLE MAPS

La zone problématique

Je crois que c’est réalisable à des coûts très acceptables pour le ministère des Transports, et ce, sans trop déranger la circulation durant les travaux.

La simulation des débits de circulation serait nécessaire pour évaluer l’efficacité de cette proposition.