En réponse à la chronique de Patrick Lagacé, « Petite révolution à la Maison Adhémar-Dion », publiée dimanche

Yvon Bureau Yvon Bureau
Travailleur social, consultant bénévole pour un mourir digne et libre, coprésident du Collectif mourir digne et libre Québec

C’est surtout un grand pas pour que toutes les maisons de soins palliatifs du Québec deviennent des maisons de soins de fin de vie, y compris l’aide médicale à mourir (AMM).

L’AMM est la dernière étape des finissants de la vie. Merci aux professionnels de la Maison Adhémar-Dion. Vous faites honneur à la dignité jusqu’au bout.

Au Québec, la majorité des professionnels des maisons de soins palliatifs sont en faveur de cette inclusion de l’AMM.

La résistance, de plus en plus anémique, provient des membres des conseils d’administration, souvent pour des motifs religieux.

Afin d’encourager le passage des maisons de soins palliatifs en maisons de soins de fin de vie, incluant l’AMM, que le gouvernement leur promette un financement à 75 % des frais par lit ; presque le double qu’actuellement. Enfin, régnera davantage la primauté du seul intérêt de la personne jusqu’à sa fin. Enfin, la sécurité et la sérénité seront bonifiées. Enfin, la dignité sera vécue pleinement et jusqu’au bout, comme à la Maison Adhémar-Dion et les six autres maisons.