Chaque campagne électorale fédérale, le Bloc québécois ressort le même disque : il faut appliquer la loi 101 aux sociétés sous compétence fédérale (comme les banques, les aéroports et les télécommunications) afin de protéger le fait français au Québec.

Vincent Geloso
Vincent Geloso Collaboration spéciale

Cette année, la promesse du Bloc arrive alors que le gouvernement Legault se dit ouvert à l’idée de rouvrir la loi 101. À cette promesse s’ajoute inévitablement l’idée d’exiger des candidats à l’immigration qu’ils aient une connaissance du français, réduisant effectivement notre bassin d’immigration potentielle. Pour justifier ces promesses, on nous fait planer le sempiternel spectre d’un déclin du français au Québec.

Aussi attirant puisse-il sembler, ce discours alarmiste n’est pas ancré dans les faits.

Les données nous montrent que non seulement le français se porte-t-il très bien au Québec, mais rien n’indique qu’un déclin est en vue.

Certains soulignent que l’utilisation du français à la maison est en baisse. Cette affirmation ne se base que sur un portrait partiel. Il est vrai que l’utilisation « seule » du français à la maison est en baisse depuis 2001 ; cependant, l’utilisation du français conjointement avec d’autres langues est en hausse. 

Avec l’augmentation de la population immigrante, il est normal de s’attendre à une montée des mariages interlinguistiques, ce qui mène à des ménages multilinguistiques. Cet effet minimise le déclin perçu du français, puisqu’il ne s’agit pas de ménages parlant une autre langue au lieu du français, mais bien de ménages parlant une autre langue en plus du français.

PHOTO SÉBASTIEN PEDRAGLIO, ARCHIVES LA PRESSE

« Chaque campagne électorale fédérale, le Bloc québécois ressort le même disque : appliquer la loi 101 aux sociétés sous compétence fédérale afin de protéger le fait français au Québec », relate Vincent Geloso.

Un autre développement linguistique intéressant, mais moins souvent discuté est le fait que l’utilisation du français dans les milieux de travail augmente. Tant Statistique Canada que le Conseil supérieur de la langue française s’entendent pour dire que l’utilisation de la langue de Molière au travail augmente rapidement.

Alors, comment réconcilier ces développements apparemment antagonistes avec l’affirmation que le français n’est pas en danger ? Ceux qui parlent le français à la maison ne sont pas nécessairement ceux qui utilisent le français au travail. Il y a plusieurs francophones, en vertu d’un mariage avec un anglophone ou un allophone, qui restreignent leur utilisation du français à la maison. Ils continuent néanmoins d’utiliser le français dans leurs milieux de travail. Simultanément, les partenaires anglophones ou allophones augmentent leur utilisation du français à la maison tout en utilisant le français au travail.

Au net, il est donc possible que le français progresse même si l’utilisation « seule » du français à la maison diminue. Ainsi, la montée du multilinguisme chez les francophones masque la véritable vitalité du français au Québec.

Impossible de parler de « déclin »

Dans un article à venir dans le Journal of Multilingual and Multicultural Development (coécrit avec l’économiste Alex Arsenault Morin), je produis une estimation de cet effet du multilinguisme qui montre qu’il est impossible de parler d’un déclin du français. Pour ce faire, il suffit de vérifier (en utilisant les données du recensement) si une personne dit utiliser le français « le plus souvent » au travail ou à la maison. En d’autres mots, il faut créer une mesure de l’utilisation du français suivant les gens dans les différentes sphères de leurs vies.

Avec une telle mesure, il appert que la vitalité du français n’a pas diminué depuis 2001 : 88,5 % des gens utilisent le français « le plus souvent » dans au moins une sphère de leurs vies. De plus, lorsqu’on regarde l’utilisation quotidienne du français, on remarque qu’elle a augmenté sensiblement depuis 2001 : 90,2 % des Québécois disaient utiliser le français chaque jour dans une sphère ou l’autre de leur vie, comparativement à 90,9 % lors du recensement de 2016.

Il s’agit d’un développement normal qui accompagne un autre développement rarement souligné par ceux qui essaient de vendre leurs propositions en utilisant le spectre d’un déclin. 

Depuis les années 60, le rendement économique de la connaissance du français augmente constamment relativement à l’anglais.

Cette augmentation est si importante que l’économiste François Vaillancourt a découvert que — toutes choses (comme le niveau d’éducation) étant égales par ailleurs — un anglophone unilingue aura un revenu 8,2 % inférieur à celui d’un francophone unilingue. Aussi longtemps que le rendement économique positif du fait de connaître le français continue de grandir, la vitalité du français au Québec continuera de s’accroître.

Du travail à faire

Cela ne veut pas dire que rien ne peut être fait pour renforcer la vitalité du français. Il y a des mesures ciblées et précises qui pourraient encourager son utilisation. Les mesures les plus susceptibles d’accomplir cet objectif sont celles qui augmenteront la valeur de parler français. Afin de cerner ces mesures et d’en débattre de manière calme et posée, il faudrait cesser de sortir des épouvantails pour nous faire croire à une crise. Si nous avons une mauvaise compréhension de ce qui se produit sur le terrain, les politiques que nous adopterons seront tout aussi mauvaises.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion