Sue Montgomery, mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, subit depuis une vingtaine d’années le harcèlement d’un homme qui la suit, la filme, manifeste près de chez elle pour la calomnier, tient un blogue à son sujet et interpelle ses collègues pendant les conseils municipaux dans le but de porter atteinte à sa réputation et à sa crédibilité.

Catherine Lavarenne Catherine Lavarenne
Attachée politique au cabinet de la mairesse Sue Montgomery et écrivaine, et plusieurs signataires*

C’est en gros la conclusion à laquelle est arrivée la juge Flavia K. Longo dans un jugement rendu jeudi dernier, où il est déterminé que les gestes de l’accusé constituent bel et bien du harcèlement et que le harceleur est conscient de ce qu’il fait vivre à sa victime.

Vous pensez sans doute que des mesures seront prises pour assurer la sécurité de Sue. Eh bien, détrompez-vous : le harceleur a été acquitté.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Sue Montgomery

Car pour que le harcèlement soit criminel, il faut que la victime démontre de façon adéquate qu’elle craint pour sa sécurité. Il faut qu’elle ait peur et que cela se voie.

Malheureusement pour elle, Sue a osé être en colère pendant une des manifestations dont elle a fait l’objet. Elle est restée près de son harceleur pendant qu’elle attendait la police ; elle a donné un coup de pied dans une pancarte et selon la juge, son expression faciale et son langage corporel ne démontraient aucune frayeur. Et c’est ce qui a fait acquitter son harceleur.

Peu importe qu’elle vive dans l’angoisse du moment où l’esprit de cet homme obsessif risque de basculer vers la violence physique. Peu importe que sa peur se soit exprimée au fil des ans par des crises d’anxiété, des nausées, des cris, des tremblements. Que pendant un débat électoral, elle ait contenu avec peine les larmes qui lui montaient aux yeux alors qu’elle demandait à son harceleur de la laisser tranquille. Que des résidantes et collègues soient intervenues au conseil d’arrondissement d’avril 2018 pour exprimer leur inquiétude face à cette situation. Que la présence des agents de sécurité soit jugée nécessaire lors des conseils municipaux, et ce, de façon incontestée par tous.

Rien de cela ne compte : il y a cette fois-là où la colère a pris le dessus sur la frayeur, et où Sue ne s’est pas assez éloignée de son harceleur pendant les huit minutes où elle attendait l’arrivée de la police, qu’elle avait appelée en raison de la présence de cet homme. Huit minutes en plein jour, à l’extérieur, dans un lieu passant, avec son téléphone en main ; elle aurait plutôt dû se terrer derrière un arbre, s’évanouir, hurler.

Et puis, il y a ce mot dans le jugement. Ce mot comme un coup de poing au ventre. Lorsque Sue s’en est prise à la pancarte, la juge y a vu un acte de « provocation ». Si l’expression semble familière, c’est qu’elle l’est. On n’a pas fini de blâmer les victimes pour les actes de leurs agresseurs.

Et si l’histoire semble ironique, c’est aussi qu’elle l’est. Sue Montgomery est l’une des deux instigatrices du mouvement #agressionnondénoncée, qui a rejoint plus de 10 millions de personnes en 2014. Dix millions de personnes qui ont dévoilé avoir été agressées sexuellement et n’avoir pas eu assez confiance dans le système de justice pour porter plainte.

C’est ce mouvement, avant #metoo, qui a ouvert la porte à une importante discussion dans l’espace public sur les attaques à la crédibilité des femmes qui ont le malheur de ne pas se comporter comme de « bonnes victimes ». Grâce à lui, nous avons commencé à comprendre collectivement que les actes de violence se produisent parfois de façon plus trouble que le scénario typique de la ruelle et du couteau sous la gorge, et que les séquelles qu’ils laissent sont tout aussi complexes.

Dans le cas du harcèlement criminel, le critère qui exige que la victime ait peur — et que cela paraisse — doit disparaître de la loi. La peur s’exprime de façon différente d’une personne à l’autre, d’un contexte à l’autre, notamment par la colère. Mais surtout, il est tout simplement absurde de déterminer s’il y a eu crime en fonction de la réaction de la victime. Devrait-on acquitter les voleurs si leur victime ne pleure pas assez la perte de l’objet volé ?

Le harcèlement est une forme de violence et constitue donc de facto un risque pour la personne qui le subit. Peu importe qu’elle y survive en pleurant, en criant, en se défendant, en souriant ou en restant silencieuse.

Devrons-nous créer une campagne #harcèlementnondénoncé pour que les choses changent ?

* Signataires : Isabelle Boisclair, Michèle Chappaz, Laurence Veilleux, Maryse Andraos, Josée Vanasse, Annie Grégoire-Gauthier, Maud Pidou-Coste, Alia Hassan-Cournol, Valérie Bell, Valérie Lefebvre-Faucher, Laurence Olivier, Alexa Conradi, Martine Delvaux, Julie Bélanger, France St-Jean, Andréanne Leclerc-Marceau, Anne-Sarah Ouimet-Gauthier, Marie-Anne Casselot-Legros, Jessie Evans, Cynthia Lewis, Gabrielle Giasson-Dulude, Céline Morin, Alex Ketchum, Gabrielle Bouchard, Dalila Awada, Pauline Noiseau, Samiha Hossain, Marie-Eve Veilleux, Nathalie Pedro, Rani Cruz, Claire Trottier, Louise-Anna Regnaud, Nellie Brière, Leona Heillig, Élise Desaulniers, Ariane Marchand-Labelle, Jolyne Tessier, Alexie Labelle, Chaïma Ben Hadj, Romy Schlegel, Marie-Pier Boisvert, Mélany G. Gagnon, Nima Machouf, Gabrielle Doiron, Nadine Raymond, Pascale Navarro, Mélanie Landreville et Mary Ellen Kenny