Source ID:6a5d95eb5c0b3d6eac7bba29ab7f2100; App Source:StoryBuilder

La déesse des mouches à feu: le film punk d'Anaïs Barbeau-Lavalette

Anaïs Barbeau-Lavalette portera sur grand écran La déesse des... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Anaïs Barbeau-Lavalette portera sur grand écran La déesse des mouches à feu, roman à succès de Geneviève Pettersen.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Il y a huit ans déjà, Anaïs Barbeau-Lavalette signait son dernier long métrage, Inch'Allah. Entre-temps, les projets se sont bousculés pour l'artiste multidisciplinaire, devenue depuis mère de trois enfants. Les courts métrages, le documentaire, le documentaire scénique et l'écriture d'un roman remarquable, La femme qui fuit.

Ce roman, plusieurs fois primé et traduit à l'étranger, deviendra bientôt une pièce de théâtre. L'autrice a laissé à d'autres le soin de l'adaptation dramaturgique. Et si elle se jure de tirer un jour un long métrage du récit poignant de la vie de sa grand-mère, ce ne sera pas demain la veille. « Je ne peux plus m'impliquer, dit-elle. Ça fait maintenant quatre ans ! J'en ai beaucoup, beaucoup parlé, avec beaucoup, beaucoup de gens et beaucoup, beaucoup de coeur. Je suis prête à parler d'autre chose ! »

C'est du reste pour me parler de son nouveau film que la réalisatrice du Ring m'a rencontré vendredi dernier dans un café du Plateau Mont-Royal, quelques heures à peine après avoir bouclé la première semaine de tournage de La déesse des mouches à feu, adaptation cinématographique d'un autre roman à succès, signé Geneviève Pettersen.

Car si Anaïs Barbeau-Lavalette a d'autres projets d'écriture en tête, elle a surtout une envie : faire du cinéma. 

« Il y a toujours une partie de moi qui se demande si je suis à la bonne place. Il y a tellement d'images. Ai-je besoin d'en rajouter ? Mais quand je tourne et que ça marche, je me rappelle pourquoi je suis là. » 

- Anaïs Barbeau-Lavalette

« Je me sens super vivante et à ma place, poursuit-elle. Je suis cinéaste ! Je sais comment faire ce métier-là. Je veux le faire et j'aime le faire ! »

La cinéaste a eu un coup de coeur instantané pour le roman de Geneviève Pettersen, que son libraire lui a suggéré de lire... pour en faire un film. « Ce n'est pas toujours le cas, mais il avait vraiment raison ! Le lendemain, je finissais de lire le roman et j'appelais [le producteur] Luc Vandal de la Coop Vidéo. Une semaine plus tard, on prenait un café avec Geneviève Pettersen et son éditeur et on discutait de la forme que ça pouvait prendre. »

Même si elle est montréalaise, la réalisatrice s'est reconnue dans le portrait sans fard de cette adolescente en rébellion du Saguenay, au milieu des années 90. « J'ai vraiment eu un kick pour la vérité du vertige adolescent, dit-elle. On perd pied, mais on ne se rend pas compte qu'on est en chute libre. On la savoure ! On se délecte de la découverte des corps, des odeurs, des gars, de la dope, de la prise de risque. Il y a toute l'identité qui se définit. Les errances, ne rien faire, à l'époque où il n'y avait pas d'internet, pas de réseaux sociaux, pas de cellulaire, pas d'écrans. »

La musique grunge de l'époque berce le roman. Aussi, un budget conséquent a été prévu pour la bande originale de La déesse des mouches à feu. Ce sera un film « punk », prévient la cinéaste, mettant en scène des personnages sensuels et écorchés vifs. « Ils ont cet âge charnière qui a souvent été raconté - le coming of age -, mais pas beaucoup celui de notre génération, au Québec. »

Le film sera différent dans sa facture, mais Anaïs Barbeau-Lavalette évoque une filiation avec C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée, « pour la génération qui a aujourd'hui 30-45 ans environ ». La langue riche et unique des personnages de Geneviève Pettersen a été « préservée dans sa saveur », dit-elle, par la scénariste Catherine Léger. Et c'est le cinéaste et musicien Stéphane Lafleur qui est chargé du montage.

Le retour de Caroline Néron

Anaïs Barbeau-Lavalette a vu en audition quelque 200 jeunes actrices pour incarner le personnage principal de Catherine, « une petite crisse qu'on finit par aimer ». Elle a su dès qu'elle l'a vue qu'elle avait trouvé sa Catherine lorsqu'elle a rencontré Kelly Dépeault.

C'est une première expérience au cinéma pour cette actrice de 16 ans, vue dans le téléroman L'échappée, qui sera de toutes les scènes du film. « Elle est sur le point de bascule entre l'enfance et la femme, dit la cinéaste. Un funambule sur cette ligne mince. C'est beau à voir. Elle est très proche du personnage, pour plein de raisons. »

Le noyau d'adolescents du récit sera interprété par Éléonore Loiselle (qui était de la distribution de la pièce tirée du roman, l'an dernier), Noah Parker, Robin L'Houmeau et Antoine Desrochers, ainsi que Marine Johnson, Laurence Deschênes et Maxime Gibeault.

« Le départ de l'histoire de Catherine, c'est le divorce raté de ses parents, rappelle Anaïs Barbeau-Lavalette. On l'accompagne soit dans son déploiement, soit dans sa chute, selon le point de vue. Elle devient une femme. Elle tombe dans la mescaline, c'est trash, mais c'est sa trajectoire à elle. »

Pour interpréter les parents de Catherine, la cinéaste a choisi Normand D'Amour et Caroline Néron, qui fait un retour au jeu après une absence d'une décennie. La comédienne et femme d'affaires a davantage fait la manchette économique que culturelle ces derniers temps, avec les hauts et les bas de son entreprise de joaillerie.

« J'ai vu beaucoup de grandes actrices en audition pour jouer la mère et Caroline s'est vraiment imposée. C'est troublant à quel point ce personnage, c'est elle. Non seulement c'est elle en surface, mais c'est elle dans toute son essence. »

- Anaïs Barbeau-Lavalette

« Elle a quelque chose de profondément émouvant et incarné, poursuit la réalisatrice au sujet de la comédienne. Elle peut être la mère qui attaque et la mère brisée qui pleure sa fille. Tout ça se peut. On a déjà tourné des scènes et je suis vraiment contente. Elle est parfaite pour le rôle. Sans artifices. Elle est game en maudit ! »

Lorsque je l'ai rencontrée, la réalisatrice avait à peine dormi après une nuit de tournage qui s'était terminée à 5 h du matin. Plus de la moitié de La déesse des mouches sera tournée la nuit. « Les ados vivent la nuit ! C'est la nuit qu'ils frenchent, c'est la nuit qu'ils prennent de la dope ! »

Le tournage, qui doit se terminer avec des scènes extérieures au Saguenay à la mi-juillet, sera « vert », et pas seulement pour se donner bonne conscience, tient à souligner la cinéaste, reconnue pour son engagement social. « On va le faire pour vrai, on ne va pas juste donner une gourde à tout le monde en début de tournage, comme cadeau de production... »

Son équipe a consulté le comité scientifique du Pacte pour la transition, qui va mesurer l'empreinte carbone du tournage, afin qu'il serve en quelque sorte de baromètre. « On est comme une microsociété, constate Anaïs Barbeau-Lavalette. C'est très intéressant à étudier pour eux. »

Tout ce qui est servi à la cantine est compostable, ce qui n'est pas mangé est donné à des organismes, on a planifié du covoiturage pour les acteurs et les figurants. « C'est un film punk, mais punk granole ! », dit la cinéaste en riant.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer