Adam Horovitz (Ad-Rock) et Mike Diamond (Mike D) racontent l’histoire pleine de rebondissements de leur célèbre groupe, les Beastie Boys, à l’occasion d’une conférence-spectacle filmée par Spike Jonze.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

La première du film devait avoir lieu au festival South by Southwest (SXSW). Avec la pandémie, le documentaire Beastie Boys Story, réalisé par Spike Jonze, a plutôt pris l’affiche en ligne directement sur Apple TV+.

La folle histoire des Beastie Boys couplée au génie créatif de Spike Jonze, le réalisateur de Her et Being John Malkovich ? On s’attendait à un documentaire à la forme éclatée. Or, Beastie Boys Story est plutôt classique et linéaire. Jonze a filmé une sorte de conférence-spectacle (pensez à un TED talk) qu’Adam Horovitz (Ad-Rock) et Mike Diamond (Mike D) ont donnée au Kings Theatre de Brooklyn. Les deux acolytes s’échangent le micro devant des photos et des vidéos d’archives. Ils racontent l’histoire de leur trio du début à la fin. Sympathique, mais on s’attendait à un concept plus champ gauche.

Une femme dans le groupe

Est-ce que les fans purs et durs des Beastie Boys apprendront quelque chose de nouveau dans ce documentaire ? On en doute. Certainement pas ceux qu  ont acheté le livre Beastie Boys Book publié en octobre 2018. À l’inverse, les gens appréciant les tubes des Beastie Boys sans trop connaître les grandes lignes de la biographie du groupe apprendront un tas de choses. Saviez-vous qu’une femme, la batteuse Kate Schellenbach, faisait partie du groupe à ses débuts plus punk ? Que les Beastie Boys avaient fait une tournée en première partie de Madonna avant la sortie de leur premier album Licensed to Ill ? Nous avions aussi oublié à quel point Mike Diamond, Adam Yauch et Adam Horovitz étaient si jeunes — à peine 20 ans — quand ils ont goûté au succès (et bu à sa santé).

Du front...

Indomptables, ils aimaient faire la fête, mais les Beastie Boys étaient de grands passionnés de musique et des bêtes de travail. Mélomanes, ils ont écouté des heures et des heures de rap avant d’en incorporer dans leur punk-rock hardcore. Les trois jeunes hommes avaient aussi du front. Ils ont réussi à convaincre Russell Simmons, l’imprésario de leurs héros de Run-DMC, de devenir le leur. À cette époque, Ad-Rock, Mike D et MCA se mettent aussi à collaborer avec Rick Rubin. Simmons et Rubin ont d’ailleurs fondé le (mythique) label Def Jam en 1984.

Le revers du succès

Après la sortie de Licensed to Ill avec l’hymne (You Gotta) Fight for Your Right (To Party !), les Beastie Boys partent en tournée, remplissent les plus grands amphithéâtres du monde, mais ils perdent le contrôle. Ils n’aiment pas l’image qu’ils dégagent de frat boys constamment sur la débauche (et le public qui vient avec). Ils constatent aussi que leur contrat avec Def Jam ne tient pas la route. Bref, c’est l’envers de la médaille du succès. Pendant des mois, Ad-Rock, MCA et Mike D ne se parlent pas. Ad-Rock déménage à Los Angeles. Il fait ses débuts au cinéma dans un mauvais film. Comme dans toute bonne musicographie, rien ne va plus. C’est la période sombre avant la rédemption…

IMAGE TIRÉE D’IMDB

Affiche du documentaire Beastie Boys Story

En vue du deuxième album, Ad-Rock, Mike D et MCA signent un contrat avec Capitol Records. Ils louent une villa à un prix exorbitant à Los Angeles. Ils consomment pas mal de drogues. Et mettent toute la gomme avec The Dust Brothers à la réalisation, mais Paul’s Boutique s’avère un échec cuisant. C’est ensuite que les Beastie Boys apprennent à devenir de « vrais musiciens ». Ils renouent avec le succès grâce à Sabotage, et ainsi de suite. Beastie Boys Story suit un fil très historique. Nous aurions voulu en savoir plus sur les voyages d’Adam Yauch, sur ses valeurs bouddhistes et sur son rapport avec la maladie — un cancer des glandes salivaires — qui l’a emporté trop jeune, en 2012, à l’âge de 47 ans. Dans le documentaire, rien non plus sur la crédibilité des Beastie Boys comme rappeurs blancs.

Conclusion ? En cette période de Grand Confinement, visionner le documentaire Beastie Boys Story est un grand plaisir. Mais le résultat — trop sage — n’est pas à la hauteur de nos attentes.

Beastie Boys Story est diffusé sur Apple TV+.

> Consultez le site d’Apple TV+

★★★½

Beastie Boys Story. Documentaire de Spike Jonze. Avec Adam Horovitz et Mike Diamond. 2 h.