En cette fin d’année éprouvante, le réalisateur et scénariste John Patrick Shanley est heureux de proposer un film d’amour avec une fin réjouissante, où personne ne meurt. Il perçoit Wild Mountain Thyme (Amoureux fous) comme un havre de paix.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

« Je crois que les gens ont juste envie de s’évader dans un endroit vraiment très beau, où ils se sentiront en sécurité émotivement », a-t-il indiqué lors d’une entrevue privée par Zoom.

Il se prête au jeu des rencontres médiatiques plus de 30 ans après avoir remporté un Oscar pour le scénario du film Moonstruck (Éclair de lune), mettant en vedette Cher, Nicolas Cage et Olympia Dukakis. Entre-temps, il a écrit plusieurs pièces de théâtre, dont Doubt (Doute), qui lui a valu un prix Pulitzer et un prix Tony, et qu’il a ensuite portée à l’écran à titre de réalisateur et de scénariste. Il suit ce même parcours avec le film Wild Mountain Thyme, dont le titre fait référence à une chanson traditionnelle irlandaise, et qui est fortement inspiré de sa pièce Outside Mullingar.

PHOTO KERRY BROWN, FOURNIE PAR LIONSGATE

Jamie Dornan et Emily Blunt interprètent les rôles de d’Anthony Reilly et de Rosemary Muldoon dans Wild Mountain Thyme (Amoureux fous), tourné en Irlande.

Emily Blunt (A Quiet Place, Mary Poppins Returns) et Jamie Dornan (Fifty Shades of Grey) interprètent les rôles de Rosemary Muldoon et Anthony Reilly, élevés dans des fermes voisines et qui, la trentaine passée, tardent à exprimer leur amour.

Les liens avec le film Moonstruck sont inévitables. Les deux films mettent en scène des célibataires d’âge mûr en quête d’amour dans un environnement familial tissé serré, où la mort des parents est abordée. Il y a des similarités, mais aussi des divergences, fait remarquer l’auteur des deux œuvres, qui a eu 70 ans à la mi-octobre.

« Dans Moonstruck, les personnages sont urbains, alors que dans Wild Mountain Thyme, ce sont des fermiers, a-t-il précisé. Ce n’est pas la même chose. Aussi, je suis différent. Je suis plus vieux. J’ai changé et mon attitude s’est adoucie quelque peu. Mais dans les deux cas, les familles sont particulières et belles. Elles valent la peine qu’on s’y intéresse et qu’on y apporte une certaine amélioration. »

Le tournage dans le comté de Mayo, sur la côte ouest de l’Irlande, s’est déroulé pendant cinq semaines. John Patrick Shanley s’est rendu d’avance sur place en compagnie du directeur de la photographie, Stephen Goldblatt, avec qui il avait fait équipe lorsqu’il a réalisé son tout premier film, Joe Versus the Volcano, en 1990. Ensemble, ils ont choisi les lieux où se déroulent les diverses scènes.

Rien ne figure à l’écran par accident. Au premier degré, c’est l’expression de mon amour pour ma famille aux États-Unis et en Irlande, mais aussi de mon amour et ma foi en la race humaine. Nous sommes tous unis par la même expérience. À la fin du film, on réalise que nous sommes soutenus autant par ceux qui sont partis que par ceux qui nous entourent.

John Patrick Shanley, réalisateur et scénariste du film Wild Mountain Thyme

Introspection

Il désirait s’éloigner du rythme effréné de la vie et faire un film plus introspectif.

« La vie dans une ferme a son propre rythme, dicté par celui des animaux, a-t-il souligné. Les gens, les animaux, la nature, le ciel, la terre, la pluie… Tout cela contribue à créer une musique qui lui est propre. »

Le portrait qu’il dresse de l’Irlande lui appartient, a précisé le dramaturge, qui en grandissant à New York, a baigné dans la culture irlandaise. Son père et deux de ses oncles, qui, habitaient dans le même quartier, ont émigré d’Irlande, tout comme ses grands-parents maternels.

Même quand je suis assis ici, à Brooklyn, comme c’est le cas actuellement, il y a une part d’Irlande en moi. C’est l’Irlande que j’ai construite au fil des ans à partir de choses que j’ai trouvées belles et précieuses, sur la culture et le pays.

John Patrick Shanley, réalisateur et scénariste du film Wild Mountain Thyme

Le voyage qu’il a fait avec son père à la ferme familiale, alors que ce dernier était octogénaire, l’a aussi marqué. Il l’a inspiré à écrire, plusieurs années plus tard, la pièce Outside Mullingar. Il s’est servi de son expérience pour donner vie, dans la version cinématographique, au cousin américain Adam Reilly (Jon Hamm), qui se rend à la ferme au grand plaisir de son oncle Tony (Christopher Walken), qui envisage de la lui vendre.

« Quand j’ai rencontré ma famille irlandaise, j’ai pris conscience de mes vêtements et de ma grande sociabilité, a-t-il révélé. J’ai également vu tout ce que nous avions en commun, mais aussi à quel point j’étais rendu ailleurs. En observant mon cousin, qui travaillait à la ferme à l’époque, je me suis vu, si je n’avais pas pris un autre chemin.

« Les fermiers irlandais souffrent terriblement de solitude, a-t-il poursuivi. Beaucoup ne se marient jamais. Mon cousin, en Irlande, ne s’est jamais marié. Il est toujours là. Il est une des personnes les plus formidables que j’ai connues. J’ai vu, dans ses yeux, les rêves qu’il avait. Des rêves fous. Imaginez être dans des champs nuit et jour, pendant des années et des années, seul, avec pour toute compagnie un troupeau de moutons et de vaches. Imaginez les choses qui vous passent par la tête. Imaginez le désir, la solitude et la poésie de tout cela. »

A-t-il essayé de traduire ces émotions complexes à l’écran ? « C’est ce que j’ai fait », a-t-il répondu.

Wild Mountain Thyme (Amoureux fous) sera présenté à compter du 22 décembre en vidéo sur demande.