Contrairement aux autres salles de cinéma, la Cinémathèque québécoise n’a toujours pas rouvert ses portes. Ce sera chose faite à compter du 3 août pour les expositions et du 5 août pour les projections de films.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

En entrevue téléphonique avec La Presse, le directeur général Marcel Jean explique que la mission particulière de l’institution du boulevard De Maisonneuve Est et le court délai ayant suivi l’annonce autorisant la réouverture des salles expliquent cette décision.

« La Cinémathèque n’est pas comme une salle commerciale, dit M. Jean. Nous bâtissons une programmation où chaque séance est différente. Qu’elles soient dans nos voûtes ou que nous les fassions venir d’ailleurs dans le monde, les copies des films doivent être récupérées, vérifiées et inspectées. Nous avions besoin d’un mois pour faire cela. Et l’annonce de la réouverture est venue plus rapidement que prévu, alors que nous avions demandé à tous nos employés de prendre des vacances en juillet pour se préparer à la rentrée. J’ai donc plusieurs employés spécialisés en vacances. »

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Marcel Jean, directeur général de la Cinémathèque québécoise

En raison de la pandémie, la Cinémathèque québécoise a annulé la programmation dite du grand cycle estival qui se concentre sur un thème en particulier (en 2019, par exemple, les comédies étaient à l’honneur). Lorsque les deux salles de projection rouvriront, le 5 août, les cinéphiles pourront y voir des œuvres qui étaient programmées en mars et avril dernier, à savoir des films avec Anna Karina et d’autres du cinéaste Jacques Doillon.

Nous allons aussi projeter plusieurs films soviétiques provenant d’une collection très précieuse, celle du collectionneur québécois François Lemay.

Marcel Jean, DG de la Cinémathèque québécoise

« M. Lemay, ajoute-t-il, avait une collection de caméras et de projecteurs qui a été donnée à l’Université Laval. La Cinémathèque a acquis sa collection de près de 300 films soviétiques sortis durant la période de la glasnost [deuxième moitié des années 1980]. Cette période de dégel a permis de montrer pour la première fois des films assez formidables tournés dans les années 1970. »

La CQ rouvrira ses portes le 3 août, et l’on pourra alors voir une exposition d’affiches de grandes icônes du cinéma dans le foyer Luce-Guilbeault.

Les dirigeants de la Cinémathèque québécoise préciseront, à la mi-août, les détails de la relance des activités à l’automne et un aperçu de la programmation à venir.