(PASADENA, Californie) Alors que le rideau tombe sur la saga Star Wars avec la sortie du film The Rise of Skywalker, les comédiennes Naomi Ackie et Keri Russell y font leur entrée avec les personnages de Zorii Bliss et Jannah. La Presse les a rencontrées à Los Angeles.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

En conférence de presse du film Star Wars : The Rise of Skywalker, le réalisateur J.J. Abrams a beaucoup insisté sur le sens de la communauté et du « vaincre-ensemble » véhiculé par l’ensemble des films. En entrevue avec La Presse, les comédiennes Naomi Ackie et Keri Russell partageaient cette opinion.

Les deux comédiennes s’entendent aussi pour dire que ce dernier épisode constitue un bon exemple d’inclusion et d’égalité.

« Regardez ça. Comme c’est beau à regarder. Ça fait du bien à voir, lance Naomi Ackie en portant ses yeux sur l’affiche du film, où l’on voit un groupe très diversifié d’acteurs/personnages. Je ne serai jamais la personne à s’asseoir sur ses lauriers pour parler d’inclusion. »

PHOTO VALERIE MACON, AGENCE FRANCE-PRESSE

Naomi Ackie

On doit continuer à pousser pour faire en sorte qu’il y ait plus d’inclusion dans les films.

Naomi Ackie

« Oui, il y a beaucoup d’espace pour les personnages féminins forts dans le film, dit de son côté Keri Russell. Quoique la princesse Leia [Carrie Fisher] soit un caractère fort depuis le début. Il faut de plus en plus d’espace pour différentes identités de genre dans les films. »

Zeste et nouveauté

Avec leurs personnages de Zorii Bliss (Russell) et Jannah (Ackie), les deux femmes font leur entrée dans l’histoire de Star Wars. Une entrée tardive, certes, mais tout à fait justifiée et justifiable, défendent-elles. Au-delà de se déclarer ravies de participer à cette grande aventure amorcée en 1977, elles insistent sur le fait que leurs personnages apportent autant de la nouveauté que du zeste à l’histoire.

PHOTO FOURNIE PAR LUCASFILM

Keri Russell incarne le personnage masqué de Zorii Bliss.

S’il n’y a pas de mystère autour du fait que Jannah fait partie de la Résistance aux côtés de Rey, Poe et Finn, le cas de Zorii est plus ambigu. Du moins, jusqu’à ce que le film sorte en salle.

Cela est d’autant plus vrai que Zorii porte un masque, ce qui ne permet pas de lire ses intentions. Une marque de commerce qui plaît bien à Keri Russell.

« Tout le monde a de bons et de mauvais côtés, dit en rigolant Mme Russell qui, après la série télé Felicity et le film Mission : Impossible III, en est à son troisième projet avec J.J. Abrams. Je peux cependant vous dire que la présence de Zorii lève un peu le voile sur le passé de Poe. »

On ne vous en révélera pas plus ici. Mais chose certaine, Keri Russell qualifie de « cool » le fait que son personnage est « moralement critiquable ».

PHOTO VALERIE MACON, AGENCE FRANCE-PRESSE

Keri Russell

Zorii est une dure, une survivante. C’est bien, en tant que femme, de jouer une dure à cuire.

Keri Russell

Qu’elle ait les deux pieds au sol avec son arc et ses flèches ou qu’elle chevauche son Orbak, prête pour la bataille, Jannah est un personnage tout aussi intrigant. La bande-annonce et quelques photos donnaient déjà le sentiment qu’elle pourrait plaire à un bon bassin de fans. Qu’en dit l’interprète ?

« Les concepteurs du film ont senti le besoin d’introduire de nouveaux personnages pour faire en sorte que l’ultime bataille soit la plus robuste possible, répond-elle. Jannah a de grandes ressources, mais aussi un très bon cœur. Pour ce que j’en ai entendu, les gens la trouvent sympathique. Même son costume est attirant et différent de ce que vous avez vu à ce jour. J’espère que les gens continueront à se montrer intéressés lorsqu’ils m’auront vue à l’écran [rires]. »

Leur arrivée tardive dans l’histoire n’allège pas, chez elles, la responsabilité d’assurer un dénouement grandiose et satisfaisant à la saga. « C’est ce que les gens méritent, lance Naomi Ackie. Ils méritent de vivre toute une aventure et d’être surpris. C’était dans l’esprit de tous les artisans sur le plateau. Star Wars fait partie du bagage culturel de bien des gens, et nous devons faire en sorte de leur offrir quelque chose de neuf. »

En salle jeudi.

Les frais de ce reportage ont été payés par Disney.