Dans Menteur, nouvelle comédie d’Émile Gaudreault, on pourra entre autres voir Louis-José Houde, Antoine Bertrand, Anne-Élisabeth Bossé, mais aussi Catherine Chabot, qui fera ses débuts au cinéma. Des acteurs qui prennent l’humour au sérieux. Hier, l’équipe a rencontré les médias à une semaine de la sortie du film.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Picasso disait que « l’art est un mensonge qui nous fait saisir la vérité ». Avec Menteur, son neuvième long métrage, le réalisateur Émile Gaudreault fait le pari de nous dévoiler l’envers de la réalité d’un homme qui ment à tout vent.

Ce mythomane compulsif, « roi de la bullshit », s’appelle Simon, un cadre d’entreprise aéronautique incarné par Louis-José Houde. Ce dernier en est à sa quatrième collaboration avec le cinéaste de Nuit de noces.

Découragés par les mensonges de Simon, ses proches et ses collègues le confrontent. Or, Simon vit dans le déni, et rien ne semble pouvoir le faire changer. Jusqu’au jour où tous les mensonges qu’il a racontés deviennent réalité.

« Il y a toujours une souffrance derrière un défaut, un vice, explique le réalisateur de Menteur en point de presse. Pourquoi ce personnage ment-il ? Ce n’est pas parce qu’il est confiant ou bien dans sa peau. »

Nouvelle expérience

Dans cette comédie fantaisiste, Émile Gaudreault dirige une distribution cinq étoiles formée d’acteurs connus du public (Houde, Antoine Bertrand, Anne-Élisabeth Bossé, Sonia Vachon, Patrice Coquereau, Geneviève Schmidt…) et aussi une recrue du grand écran, Catherine Chabot.

La comédienne, qui vient du théâtre de création (Table rase, Dans le champ amoureux), vit un moment magique avec la sortie de cette comédie estivale. Elle y joue le rôle de Chloé, une traductrice russe qui a un flirt avec Simon. L’actrice et auteure confie avoir été nerveuse, au début, lorsque Gaudreault a pris contact avec elle pour lui proposer d’auditionner pour le rôle.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Catherine Chabot jouera pour la première fois au grand écran dans Menteur.

« Je l’ai vue jouer dans sa pièce au théâtre Espace Libre en 2017 et j’ai découvert une actrice de génie. Je l’ai appelée quatre fois en auditions avec 40 autres actrices. Or, c’est Catherine qui a rendu le mieux le côté effervescent et joyeux de Chloé. De plus, la chimie entre Louis-José et elle passe bien. » — Émile Gaudreault, réalisateur de Menteur, à propos de Catherine Chabot

Une autre première expérience pour Catherine Chabot qui n’avait jamais joué des amoureuses ou des romantiques, pas même au Conservatoire d’art dramatique…

Durant le tournage, le réalisateur du film De père en flic n’a jamais eu l’impression de diriger des interprètes qui proviennent d’univers différents. « De toute façon, le talent, c’est le talent, dit-il. Il n’y a qu’au Québec qu’on juge un humoriste qui fait du cinéma. Ailleurs dans le monde, les comiques au grand écran viennent souvent du stand-up et de la scène. »

Pure comédie

Bien sûr, en voyant l’affiche de Menteur, plusieurs personnes pensent à Liar Liar, une autre comédie sur un menteur compulsif avec Jim Carrey. « La comparaison s’arrête au titre, estime Antoine Bertrand, qui joue le frère jumeau (sic !) de Simon. Depuis toujours, le mensonge est à la base de la comédie. On rit des travers de la nature humaine. »

« C’est tyrannique, la comédie, ça ne pardonne pas. Quand je tourne, je n’aborde presque pas l’humour ou les gags avec les acteurs ; on discute de l’émotion, de la psychologie, de la vérité du personnage. » — Émile Gaudreault

Le cinéaste réalise ici une comédie dans une veine plus fantaisiste que ses opus précédents, tels Mambo Italiano et Le sens de l’humour. Le réalisateur travaille pour la neuvième fois avec la productrice Denise Robert : « Nous sommes deux perfectionnistes qui partageons la même passion pour le cinéma », conclut Mme Robert. Elle estime avoir produit une comédie haut de gamme avec un budget de 7 millions. La production s’est même offert le luxe de quelques effets spéciaux « hollywoodiens » réalisés par la boîte Alchimie 24.

Disons la vérité : cette comédie promet de cartonner cet été.

En salle le 10 juillet.