Une ancienne vedette de rodéo part au Mexique à la recherche d’un jeune homme, à la demande de son ancien patron. Sa quête : trouver puis ramener l’enfant au Texas en toute sécurité. Le duo improbable fera face sur sa route à de nombreux obstacles, mais créera aussi des liens inattendus qui viendront remettre chacune de leur vie en perspective.

Marissa Groguhé
Marissa Groguhé La Presse

Le plus récent film mettant en vedette Clint Eastwood, qui en signe également la réalisation, est un néo-western doublé d’un drame. Si, sur papier, toutes les caractéristiques des deux genres sont respectées et promettent un succès, le long métrage déçoit quelque peu les attentes à l’écran.

Mike Milo, ancienne star de rodéo jouée par Eastwood, nous est vite sympathique et sa quête pour trouver le fils d’un ancien patron suscite un intérêt dès le départ. Mais l’acteur et cinéaste de 91 ans n’a pas (ou n’a plus) les épaules pour mener un film vers le succès à lui seul. Il n’est malheureusement pas assez bien entouré et le scénario (de Nick Schenk et N. Richard Nash) n’est pas assez bien ficelé pour sauver la mise. Les incongruités s’additionnent au fil du récit et le film ne s’en relève pas.

Il est toutefois plaisant de voir Clint Eastwood remonter en selle. Ce rôle lui va bien. Et on ne tente pas de faire semblant qu’il n’est pas âgé. La vieillesse n’est pas une tare. Le personnage de Mike ne se bat pas, ne poursuit pas ses ennemis à la course ou à cheval, il se meut plutôt avec une sagesse que seul celui qui a vu des dizaines de printemps possède. C’est un portrait du cowboy plaisant à contempler.

Cry Macho est inspiré du livre du même nom de N. Richard Nash, datant de 1975. C’est à cette époque que l’on retourne dans le film, alors que le personnage de Mike part à la rencontre de Rafa (Eduardo Minett), pour lui permettre de trouver une vie meilleure. Le jeune a l’âme d’un rebelle et ne se sépare jamais de son coq de combat, Macho. Le cowboy et le jeune homme trouveront chacun, dans leur épopée mexicaine, la vie à laquelle ils sont destinés, non sans se heurter à quelques obstacles en chemin.

Mais voilà, les scènes d’action ne sont pas assez palpitantes, les moments où le calme s’installe s’étirent en longueur, les dialogues ne sont pas naturels et la façon dont ils sont rendus, encore moins. Cry Macho est à la fois attendrissant et maladroit. Quelque chose manque cruellement. Une étincelle qui nous garderait vraiment captivés.

En salle

Cry Macho

NÉO-WESTERN

Cry Macho

Clint Eastwood

Avec Clint Eastwood, Eduardo Minett, Fernanda Urrejola, Dwight Yoakam

1 h 44

½

Consultez l’horaire du film