Après avoir passé 15 ans sur la Côte d’Azur, une ancienne reine de beauté revient dans son patelin du nord de la France pour repartir à neuf en acceptant un emploi aliénant dans une conserverie. Il y aura un meurtre. Et une grosse somme d’argent dans le casier de celui qui a été tué…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

L’univers de Quentin Tarantino croiserait celui de Ken Loach ? Voilà le parallèle qu’ont tracé certains critiques dans la presse française. Nous n’irons pas aussi loin. Même s’il est vrai que Rebelles, premier long métrage dont Allan Mauduit (Vilaine) signe seul la réalisation, tente résolument de mettre son humour trash au service d’une histoire ayant de vraies résonances sociales, il reste que le résultat, bien que divertissant, ne passera quand même pas à l’histoire.

Le récit est construit autour de trois femmes qui voient enfin une occasion de contrecarrer un système qui les exploite et tentent de tirer le maximum d’une situation ayant le potentiel d’améliorer leur sort, histoire de mettre un peu de relief dans un univers trop plat. Mauduit impose le ton dès le départ en illustrant le retour de cette ancienne reine de beauté locale (Cécile de France) qui, en refusant les avances d’un patron libidineux, se trouve à tuer ce dernier, sous le regard de deux collègues (Yolande Moreau et Audrey Lamy) qui estiment qu’en vérité, c’est bien fait pour sa gueule.

IMAGE FOURNIE PAR AXIA FILMS

Rebelles, d'Allan Mauduit

Une certaine jubilation s’installe à la vision de ce trio féminin improbable qui s’engage dans un engrenage mafieux inattendu. Si tout n’est pas d’égale valeur ni exempt de blagues de mauvais goût, force est de constater que l’énergie certaine de cette comédie noire est contagieuse, d’autant que les trois interprètes, formidables, incarnent très bien l’esprit du girl power.

★★★

Rebelles. Une comédie d’Allan Mauduit. Avec Cécile de France, Yolande Moreau, Audrey Lamy. 1 h 29.

Consultez l’horaire du film