En 1927, dans un studio d’enregistrement de Chicago, le ton monte entre la chanteuse Ma Rainey, surnommée « La mère du blues », son impresario et son producteur, tous deux blancs, de même qu’avec un jeune musicien ambitieux qui veut faire évoluer son art vers la modernité.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

En portant à l’écran la pièce d’August Wilson, le réalisateur George C. Wolfe (The Immortal Life of Henrietta Lacks) n’a pas du tout cherché à en cacher l’origine théâtrale. On pourrait même affirmer le contraire, tant la structure de son récit est conçue essentiellement pour mettre en valeur le texte du célèbre dramaturge, de même que les acteurs qui le portent. Car au-delà du propos, déjà très fort, Ma Rainey’s Black Bottom se démarque grâce aux performances des comédiens, particulièrement Viola Davis et Chadwick Boseman.

Produit par Denzel Washington, qui aurait le projet de transposer au cinéma les 10 pièces qu’August Wilson a écrites sur l’histoire des Afro-Américains des dix décennies du XXe siècle (Fences a déjà fait l’objet d’une adaptation de sa part), cet opus fait notamment écho à la vague migratoire du sud au nord du début du siècle dernier.

IMAGE FOURNIE PAR NETFLIX

Affiche du film Ma Rainey’s Black Bottom (Le blues de Ma Rainey en version française)

Viola Davis mord à pleines dents dans un personnage hors norme, dont l’autorité naturelle force tout l’entourage à répondre à la moindre exigence. Mais au-delà de son caractère de diva, Ma Rainey, telle que la décrit August Wilson, est avant tout une Afro-Américaine des années 20 qui s’assume entièrement, y compris au chapitre de son orientation sexuelle. La chanteuse est bien consciente aussi de l’intérêt que lui porte l’industrie musicale, lequel n’est dû qu’au profit qu’elle peut rapporter grâce à son talent.

Face à elle, le regretté Chadwick Boseman se jette à corps perdu dans la colère de moins en moins sourde d’un musicien talentueux, dont les ambitions sont mises à mal dans une société encore ségrégationniste. Dans ce tout dernier rôle, l’acteur livre l’une des performances les plus puissantes de sa trop courte carrière. L’excellente distribution d’ensemble — chaque comédien a son moment — fait en sorte que l’aspect un peu figé de la mise en scène passe plus inaperçu.

Ma Rainey’s Black Bottom (Le blues de Ma Rainey en version française) est offert sur Netflix.

★★★½

Ma Rainey’s Black Bottom. Drame de George C. Wolfe. Avec Viola Davis, Chadwick Boseman, Glynn Turman. 1 h 33.