D’abord, faisons le point sur les nombreux titres que porte ce nouveau film de Thomas Vinterberg. En version originale danoise, c’est Druk. En France, le film a été exploité sous le titre Drunk. Pour se conformer aux lois linguistiques du Québec, ce même long métrage, connu chez les Anglo-Saxons sous le titre Another Round, s’intitule chez nous Alcootest. Voilà, c’est tout simple.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Retenu dans la sélection officielle du Festival de Cannes cette année, choisi pour représenter le Danemark aux prochains Oscars dans la catégorie du meilleur film international, Alcootest a récemment raflé les plus importantes récompenses attribuées à la cérémonie des Prix du cinéma européen : meilleur film, meilleure réalisation et meilleur scénario. Pour couronner le tout, Mads Mikkelsen a été sacré meilleur acteur.

Que d’honneurs pour un film qui, somme toute, nous laisse quand même un peu perplexe dans son exécution, malgré une excellente idée de départ. Le réalisateur de Festen et de La chasse, à qui l’on doit aussi la création, avec Lars von Trier, du collectif Dogme 95, propose en effet l’idée — assez provocante — d’explorer le rôle de l’alcool dans les relations sociales et professionnelles, mais son récit emprunte rapidement une avenue plus conformiste.

PHOTO FOURNIE PAR MÉTROPOLE FILMS

Mads Mikkelsen dans Alcootest (Another Round), un film de Thomas Vinterberg

Après avoir illustré un rituel de beuverie chez les adolescents, Vinterberg s’intéresse à quatre hommes d’âge mûr, tous profs dans une école secondaire, tous un peu désabusés de leur vie. C’est le cas de Martin (Mads Mikkelsen), qui semble avoir perdu de son ascendant auprès de ses élèves, mais aussi auprès de sa femme et de ses enfants. Lors d’un souper d’anniversaire, l’un des amis avance la théorie d’un philosophe norvégien selon laquelle l’homme devrait avoir un taux de 0,05 mg d’alcool dans le sang pour bien fonctionner. Et exploiter de façon optimale ses capacités intellectuelles et sociales.

Les quatre amis se prêtent ainsi à une expérience — qu’ils documentent au départ comme s’il s’agissait d’une véritable étude scientifique — en faisant le nécessaire pour atteindre le taux d’alcool requis avant de se pointer au boulot. Et ça marche !

Un virage prévisible

Les gars retrouvent alors une légèreté qu’ils croyaient à jamais perdue, et comme l’expérience semble être concluante à leurs yeux, ils décident très vite de la pousser plus loin. C’est là que le récit, qui s’annonçait un peu subversif, emprunte un virage plus prévisible. Car, il fallait s’y attendre, tout s’écroule. Alcootest se fait alors l’écho de la détresse masculine — un thème quand même traité assez souvent au cinéma — plutôt que de creuser davantage le paradoxe d’un produit indispensable à toute socialisation, lequel peut aussi potentiellement empoisonner les rapports humains.

IMAGE FOURNIE PAR MÉTROPOLE FILMS

Affiche du film Alcootest, de Thomas Vinterberg

Cela dit, on retrouve dans ce film la tonalité qui a établi la réputation du cinéaste danois au début de sa carrière, et notre intérêt reste entier. On retiendra en outre la performance tout en finesse de Mads Mikkelsen, dans un rôle où il aurait facilement pu charger. La scène finale, dans laquelle ses talents de danseur sont mis à contribution, impressionne. Il n’empêche qu’à l’arrivée, on se demande ce que Thomas Vinterberg a voulu faire au juste.

Alcootest est offert en vidéo sur demande en version originale danoise sous-titrée en français, notamment par iTunes et Apple TV, de même que par Boutique Cineplex. Another Round est le titre de la version sous-titrée en anglais.

★★★

Alcootest. Drame de Thomas Vinterberg. Avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Magnus Millang. 1 h 57.