D’abord, une mise en garde s’impose. À moins de maîtriser la langue de Shakespeare à la perfection, il vaudra mieux choisir la version française de Tenet. Un dilemme cornélien se posera alors au cinéphile francophone préférant habituellement les versions originales, car les salles affichant le film en IMAX — le format dans lequel Christopher Nolan a tourné son film — le proposent seulement en version doublée française. Et les trois cinémas où la version originale avec sous-titres français est offerte au Québec ne comportent que des écrans « réguliers ». Il convient alors de faire son choix en toute connaissance de cause.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Là réside d’ailleurs l’une des grandes surprises que réserve ce drame d’espionnage tant attendu, lequel porte pratiquement à lui seul la relance du cinéma hollywoodien sur grand écran. Bien que comportant plusieurs scènes d’action spectaculaires, Tenet repose essentiellement sur des dialogues. Afin d’initier le spectateur à des concepts extrêmement complexes, essentiels à la compréhension de l’histoire, Christopher Nolan a en effet dû écrire de longues scènes où les personnages doivent expliquer à quoi correspond le palindrome titrant ce film et la notion d’inversion du temps, autour de laquelle est construit le récit.

Sans rien divulgâcher, disons que les ressorts dramatiques qu’utilise le réalisateur d’Inception, un film qui paraît plus simple en comparaison, pourraient aisément s’appliquer à un film de James Bond. Nolan s’est toutefois donné l’ambition — ou la prétention, c’est selon — de réinventer le genre en y ajoutant une dimension métaphysique, au risque de larguer bien des spectateurs pendant le voyage. D’autant que l’effort intellectuel qu’exige cette histoire pour en comprendre sa logique interne n’aboutit pas vraiment à une résolution satisfaisante.

Cela dit, les personnages sont quand même dessinés de façon intéressante. On ne saura pas beaucoup de choses à propos de Protagonist, l’as espion au cœur de la mission, mais John David Washington, qui l’incarne, intègre l’univers de Christopher Nolan avec un naturel désarmant. La dynamique entre le protagoniste et Neil (Robert Pattinson, excellent), un agent secret avec qui l’Américain devra faire équipe sans trop poser de questions, est aussi fascinante, dans la mesure où ce dernier fait partie de ces êtres qui semblent se complaire dans le chaos. La mission étant de sauver l’humanité entière d’une très grande menace venue du futur, on peut affirmer qu’il est assez bien servi sur ce plan.

PHOTO FOURNIE PAR WARNER BROS. PICTURES

Jack Cutmore-Scott, John David Washington et Robert Pattinson dansTenet, un film de Christopher Nolan

Viscéral et cérébral à la fois

Si Tenet se révèle être un film étonnamment très bavard, le cinéaste offre en revanche quelques scènes d’action à couper le souffle. Réalisées dans de vrais décors, ces séquences, d’un grand réalisme, sont incroyablement orchestrées. Qu’il s’agisse du prologue, tourné dans une salle de concert, d’une poursuite folle sur une autoroute sous l’effet de l’inversion du temps, ou d’un Boeing 747 qui s’encastre dans un édifice, Christopher Nolan nous offre une fois de plus des images qui s’inscriront à jamais dans notre mémoire.

IMAGE FOURNIE PAR WARNER BROS. PICTURES

Affiche du film Tenet, de Christopher Nolan

Est-ce que ce plaisir de cinéma viscéral que procurent les scènes d’action est à la hauteur de l’effort cérébral qu’on exige du spectateur pour tenter de comprendre ce qui se passe sur l’écran ? À chacun d’en décider.

Rappelons que Tenet est maintenant à l’affiche en version originale, en version française, ainsi qu’en version originale sous-titrée en français.

★★★

Tenet. Thriller de Christopher Nolan. Avec John David Washington, Robert Pattinson et Elizabeth Debicki. 2 h 30.

> Consultez les horaires de Tenet