Dans le temps des Fêtes en 2017, à Londres, une employée d’une boutique de Noël, à la dérive après avoir été très malade, est transformée au contact d’un mystérieux jeune homme.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Les créateurs ne s’en cachent pas : ils ont cherché à créer un film qui deviendrait un classique du temps des Fêtes, de la trempe d’It’s a Wonderful Life, avec Jimmy Stewart. Ils se sont inspirés de la célèbre chanson Last Christmas, de Wham !, devenue un incontournable à l’approche de Noël. Et ils ont assemblé une distribution du tonnerre sous l’habile direction de Paul Feig (Bridesmaids). Mais malgré un dénouement réussi, il y a des longueurs. Et des incongruités. La magie n’est pas toujours au rendez-vous.

Pourtant, Emma Thompson (Sense and Sensibility, Nanny McPhee), qui a coécrit le scénario, a commencé il y a huit ans à y travailler. Elle en a discuté avec George Michael, la force créative derrière le duo Wham !. La mort de l’auteur-compositeur-interprète, le 25 décembre 2016, a presque fait dérailler le projet. Mais le film est devenu un hommage au chanteur britannique. Ses chansons et celles de Wham ! accompagnent la jeune Kate à travers ses hauts et ses bas.

IMAGE FOURNIE PAR UNIVERSAL PICTURES

Emilia Clarke (Game of Thrones) est à la fois drôle et touchante dans le rôle principal. Son attirance envers l’étrange Tom (Henry Golding) est crédible. La tolérance de sa patronne Santa (Michelle Yeoh), qui lui pardonne ses retards et son manque d’intérêt, l’est moins. La jeune femme, qui finit par accepter ses racines yougoslaves, a par ailleurs une famille des plus dysfonctionnelles, dominée par sa mère hyper anxieuse (Emma Thompson), qui craint les contrecoups du Brexit.

La patience du public est récompensée à la fin, qui est émouvante. Mais cela ne suffit pas pour hausser ce film parmi les meilleurs du temps des Fêtes.

★★★

Last Christmas. Comédie romantique de Paul Feig Avec Emma Thompson, Emilia Clarke, Henry Golding. 1 h 43.

> Consultez l’horaire du film