John Wick est déclaré « excommunicado » après avoir assassiné un membre de la Table haute. Sa tête étant mise à prix pour 14 millions de dollars, il est livré à lui-même, traqué par tous les tueurs à gages les plus dangereux du monde.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Rien ne ressemble davantage à un film de John Wick qu’un autre film de John Wick. Les amateurs de cet antihéros taciturne, dont les aventures ont pris la forme d’une franchise, trouveront assurément leur compte dans ce nouvel opus divertissant, mais dénué de substance.

Avec une indéniable maîtrise — et même du style —, le réalisateur Chad Stahelski, qui avait déjà signé les deux premiers chapitres, aligne les scènes de combats et de tueries en tentant d’insérer parfois, ici et là, des bribes d’histoires, lesquelles ne sont évidemment pas plausibles plus d’une nanoseconde. On se surprend pourtant à trouver les noms de quatre scénaristes au générique.

En revanche, tout évoque ici l’esprit d’une bande dessinée pour adultes. L’approche est constamment outrancière, avec, à la clé, clins d’œil et pointes d’humour.

Mais ce qui importe avant tout dans ce divertissement d’action où gicle l’hémoglobine, où l’on ne compte plus les victimes au bout de 10 minutes, ce sont les chorégraphies et les cascades, fortement inspirées du cinéma d’action asiatique. Sur ce plan, l’effet est d’une redoutable efficacité.

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE

John Wick : Chapter 3 – Parabellum

On salue aussi l’espèce de grâce de Keanu Reeves, qui, à 54 ans, est toujours aussi convaincant dans son rôle. Cela dit, aussi spectaculaire que soit ce film, on éprouvera quand même un malaise face à la glorification d’un arsenal hallucinant.

Notez que ce film est aussi à l’affiche en version française sous le titre John Wick : Chapitre 3 — Parabellum.

★★★ John Wick : Chapter 3 – Parabellum. Thriller de Chad Stahelski. Avec Keanu Reeves, Halle Berry, Ian McShane. 2 h 12.

> Consultez l’horaire du film