Source ID:7e156145-e6d3-4a46-86de-38847ef80aff; App Source:alfamedia

The Bookshop: éteindre la flamme ***1/2

On aurait pu s'attendre à un film plein de bons sentiments sur l'importance de la lecture et de la culture, ce genre de film gentil qui réconforte ceux et celles qui croient au pouvoir des livres. Mais l'adaptation de la cinéaste catalane Isabel Coixet (The Secret Life of WordsMa vie sans moi) du roman de Penelope Fitzgerald paru en 1978 est tout sauf un film qui nous rassure, et ressemble bien plus à une illustration de la façon dont un groupe agit pour étouffer la différence, en prenant pour prétexte la littérature.

The Bookshop  (V.F. : La librairie de Mademoiselle Green)... (Photo fournie par MK2/Mile End) - image 1.0

Agrandir

The Bookshop  (V.F. : La librairie de Mademoiselle Green)

Photo fournie par MK2/Mile End

Florence Green (Emily Mortimer), veuve depuis plusieurs années, n'a d'autre passion que la lecture dans sa vie solitaire, et elle décide, malgré les embûches, d'ouvrir une librairie dans une maison abandonnée de son village. Or, elle se bute sans le savoir à la puissante Violet Gamart (Patricia Clarkson), qui convoite le même endroit pour y créer un centre d'art. Les choses se corsent lorsque Florence décide de vendre le scandale de l'heure  :  le roman Lolita de Nabokov. Voilà le prétexte qui manquait pour l'évincer. Son seul allié dans cette bourgade est Edmund Brundish (Bill Nighy), un misanthrope reclus et lecteur acharné, très reconnaissant d'avoir découvert Ray Bradbury (Fahrenheit 451, évidemment) par les bons conseils de la libraire. Et aussi sa petite employée, Christine (Honor Kneafsey), qui comprend ce qui se trame malgré son jeune âge.

La meilleure façon d'abattre quelqu'un de lumineux comme Florence, qui ne se laisse pourtant pas décourager par les obstacles, est d'agir en groupe, de réveiller l'instinct grégaire en distillant le poison de la médisance, d'agir à couvert derrière le masque de l'hypocrisie, et de faire aller ses influences dans le sens de la vengeance. Mais cela ne veut pas dire que Florence n'aura pas réussi à transmettre la flamme de sa passion, contre toute attente... The Bookshop est un film beaucoup plus sombre qu'il n'en a l'air, rempli de malaises qu'on ne voit pas venir. Il a reçu en 2017 en Espagne les prix Goya du meilleur film et de la meilleure réalisatrice, et ce n'est peut-être pas sans lien avec la situation politique du pays.

***1/2

The Bookshop (VF: La librairie de Mademoiselle Green). Drame d'Isabel Coixet. Avec Emily Mortimer, Bill Nighy et Patricia Clarkson. 1 h 53

Consultez l'horaire du film.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer