Source ID:25e27e0f-51d0-43cc-b886-2dbf449d5ce5; App Source:alfamedia

Kin: un assemblage bancal **1/2

Pris séparément, les éléments du long métrage Kin sont intéressants. Mais, maillés les uns aux autres, ils forment un assemblage scénaristique malheureusement bancal. On dit « malheureusement » parce que ce film, qui plaira sans doute aux amateurs de jeux vidéo, est construit autour d'une idée que les auteurs ont, c'est tout à leur honneur, exploitée de la première à la dernière minute : être là pour l'autre.

Kin... (Image fournie par Summit Entertainment) - image 1.0

Agrandir

Kin

Image fournie par Summit Entertainment

Là-dessus, Kin (« frère », « famille », « proche » en anglais) porte parfaitement son nom. Dans le titre français s'ajoutent cependant les mots « Le commencement », ce qui annonce sans subtilité le début d'une série. Or, justement, pour ce premier opus, les auteurs ont planté une histoire dont le sens nous est uniquement révélé à la toute fin. Pour le reste, il faudra attendre la suite.

En attendant, le spectateur a droit à un road movie où les frères Eli (Myles Truitt) et Jimmy (Jack Reynor) sont pris en chasse par deux bandes plutôt qu'une, braquent eux-mêmes des joueurs de cartes dans un tripot clandestin, vont aux danseuses où ils se lient avec l'une d'elles et aboutissent dans un poste de police dont les membres se font exterminer par le dangereux Taylor (James Franco) et sa bande de fous furieux.

Ça fait beaucoup de choses à nous faire avaler en même temps. Comment y arriver, sinon en gommant certains passages à la va-vite ? Par exemple, la naïveté dont fait preuve Eli lorsque Jimmy lui explique pourquoi leur père les a quittés précipitamment est désolante. La façon dont les policiers se laissent embobiner par Taylor est pitoyable. Certaines scènes d'action se concluent avec des boutades qui ratent la cible.

Assez ! Donnez-nous une ligne directrice !

Cela dit, le film s'amorce sur une séquence suggérant un environnement dystopique prometteur. Les effets spéciaux sont efficaces et la trame sonore, signée par le groupe Mogwai, se moule parfaitement à l'ambiance.

Mis à part un James Franco convaincant dans son rôle de personnage à ne pas fréquenter, le jeu des acteurs nous a par ailleurs paru effacé au sein de ce film fourre-tout.

**1/2

Kin. Film de science-fiction de Jonathan et Josh Baker. Avec Myles Truitt, Jack Reynor, James Franco et Zoë Kravitz. 1 h 42.

> Consultez l'horaire du film




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer