• Accueil > 
  • Cinéma > 
  • Critiques 
  • Labrecque, une caméra pour la mémoire: posséder l'événement ***1/2 
Source ID:9fb27bc1-c9c6-4ba0-9469-94631115649f; App Source:alfamedia

Labrecque, une caméra pour la mémoire: posséder l'événement ***1/2

L'histoire: Davantage connu pour son travail de directeur photo, Michel La Veaux signe un deuxième film en deux ans avec ce documentaire consacré à Jean-Claude Labrecque, homme de cinéma dont la carrière s'étend sur plus d'un demi-siècle. Tous les grands films de M. Labrecque, tant documentaires que de fiction, y sont revus, commentés, analysés.

Dans son travail, le cinéaste Jean-Claude Labrecque a toujours été guidé par une obsession : posséder l'événement. Or, dans le film-hommage qu'il consacre à ce grand homme de cinéma, Michel La Veaux adhère à ce concept et possède son sujet.

La grande qualité de l'oeuvre réside dans son dépouillement. L'hommage de La Veaux à Labrecque ne se fait pas à travers une flopée d'entrevues avec des tiers débitant aimablement de jolies phrases. Sa seule entrevue, il la fait avec son sujet. M. Labrecque parle de ses films, de ses camarades de travail (les Brault, Groulx, Carle, Fournier, Paul Vézina) et de ses sujets (le général de Gaulle, Pierre Bourgault, les poètes de la Nuit de la poésie).

À travers ce qu'il raconte des autres, Labrecque se raconte lui-même. Et c'est magique! Le passage, par exemple, sur Marie Uguay est puissant, émouvant, inoubliable.

Labrecque, une caméra pour la mémoire... (image fournie par l’ONF) - image 2.0

Agrandir

Labrecque, une caméra pour la mémoire

image fournie par l’ONF

De plus, Michel La Veaux a peu déplacé sa caméra. Mais lorsqu'il l'a fait, c'est très réussi. Vous verrez, de très loin, un Jean-Claude Labrecque marcher seul sur l'aire de jeu du Stade olympique tout en évoquant le tournage qu'il a fait pour la XXIe olympiade. Puis, dans un savant mélange des deux époques, La Veaux donne l'impression que Labrecque tourne aujourd'hui les images qu'il a signées en 1976. Fascinant.

«Moi, je faisais des archives. Je ne faisais pas des films», dit à un moment M. Labrecque en parlant de ses documentaires. Encore là, le film de Michel La Veaux fait corps avec ce principe, car il l'a fait pour préserver la mémoire du grand cinéaste. À ce titre, c'est franchement réussi.

* * * 1/2

Labrecque, une caméra pour la mémoire. Documentaire de Michel La Veaux. Avec Jean-Claude Labrecque. 1 h 34.

Consultez l'horaire du film




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer