Ce qu'il ne faut pas dire

Ce qu'il ne faut pas dire

Ce qu'il ne faut pas dire

Résumé

Annick est une trentenaire émancipée ayant une vie sociale très active. Mais dans l'intimité, elle est incapable de supporter qu'un homme s'attache à elle, refusant maladivement de s'engager dans toute relation à long terme. La jeune femme relie ce malaise à une enfance douloureuse, marquée successivement par la noyade accidentelle de sa jeune soeur et la perte de sa mère, morte d'un cancer. Qui plus est, sa relation avec son père a toujours été conflictuelle. La journée où Christian, son copain du moment, lui avoue son amour profond, Annick panique. C'est l'occasion pour elle de chasser ses démons intérieurs et de faire le point sur son existence.

Cote La Presse

3.5/5

Votre cote 40 votes

2.7/5

Fermer X

Bande-annonce de Ce qu'il ne faut pas dire

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2015-05-29

Classement : Général

Pays : Canada

Distributeur : Productions du Cerf-Volant

Date de sortie en DVD : n.d.

Genre : Drame sentimental

Durée : 85 min.

Année : 2015

Site officiel: n.d.

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Marquise Lepage

Montage : Dominique Champagne

Scénario : Marquise Lepage

Production : Marquise Lepage

Photographie : Nathalie Lasselin

Musique : Vincent Bélanger

ACTEURS

Danny GilmoreAnnick FontaineAnsie St-MartinChristian MIchaudÉdith PaquetTova Roy

Critique

Ce qu'il ne faut pas dire: de sincérité et de simplicité

Sylvie 
Sylvie St-Jacques

Ce qu'il ne faut pas dire, plus récent long métrage de fiction de la réalisatrice Marquise Lepage, surgit comme une sorte d'ovni dans le paysage du cinéma québécois. Réalisée sans argent public, avec les fonds personnels de sa réalisatrice combinés à une collecte de sociofinancement sur Indiegogo, cette oeuvre féminine et féministe, débonnaire et introspective transmet une liberté créatrice radicale, jumelée avec une candeur un peu décalée...

Bref, la faim de créer a justifié les moyens héroïques de la conception de ce film qui ravit par son absence de prétention, la finesse de ses acteurs, la truculence de ses dialogues et son ton léger mais pas bête pour deux sous.

Actrice peu connue du grand public, Annick Fontaine est d'une irrésistible sincérité dans le rôle central d'une aventurière sentimentale qui porte un secret tragique qui entrave sa capacité de s'ouvrir à l'amour. Voilà pour le côté sombre de ce film où la légèreté et l'humour triomphent, et où le quartier Villeray, le parc Jarry et autres gentils fantômes montréalais agissent presque comme des rôles secondaires.

Capable de profondeur, Annick Fontaine choisit la carte de la sensualité et la désinvolture pour défendre cette jeune femme épanouie et sans complexe qui, au désespoir de ses nombreux amis inquiets et même de sa psy, multiplie les conquêtes sentimentales pour explorer les multiples facettes de l'âme humaine et peut-être s'expliquer à elle-même.

Sorte de réponse féminine aux mauvais garçons désengagés des Invincibles, l'Annick de Ce qu'il ne faut pas dire s'impose également comme une anti «Lyne la pas fine», aux commandes de sa destinée imparfaite qui parfois brise les coeurs des pauvres diables qui croisent sa route. On ne fait pas d'omelettes sans casser d'oeufs...

On a parfois l'impression de revisiter les univers intimistes montréalais de la fin des années 90 de réalisatrices comme Julie Hivon ou Nathalie Saint-Pierre, dans ce film où l'intériorité féminine est déployée avec délicatesse, où la gravité des circonstances valse avec l'appropriation du pouvoir féminin.

Entre la soif d'émancipation des filles d'aujourd'hui et une représentation low-tech de la danse sentimentale - Tinder, la frénésie des textos et les réseaux sociaux n'existent pas, dans le monde montréalais représenté par Marquise Lepage - Ce qu'il ne faut pas dire est un film plein d'espoir et d'indulgence pour la nature humaine, enveloppé par la bienveillance de l'esprit montréalais et la présence de ses «non-vedettes» de talent qui nous donnent le goût d'être davantage concentré sur l'histoire que sur la composition du générique.

En dépit des contraintes et des refus, sans lourdeur ni paresse, Marquise Lepage réconcilie son public avec un cinéma où simplicité et sincérité sont les meilleurs guides de la création.

* * * 1/2

Ce qu'il ne faut pas dire. Comédie dramatique de Marquise Lepage, avec Annick Fontaine. 1h25.

publicité

Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires