Près de 23 % des véhicules de la grande région métropolitaine n’ont pas déchaussé leurs pneus d’hiver depuis près de deux ans.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Avec le confinement, la pandémie et l’incertitude qu’elle génère, cette donnée d’un sondage réalisé l’été dernier n’a rien d’étonnant. On ne peut que présumer de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui ces pneumatiques et leur sécurité s’ils devaient demeurer en place pour la septième saison de suite.

Éric Dedoyard, président de Yokohama Canada, relativise un peu. « Le fait de conserver les pneus d’hiver pendant les saisons chaudes n’est pas l’idéal en raison de l’élasticité accrue du pneu d’hiver. C’est loin d’être optimal, surtout lors d’un freinage d’urgence ou d’une manœuvre d’évitement, par exemple. » Et l’éclatement sous forte chaleur ? « Possible, si vous partez par exemple pour une escapade routière avec une remorque attelée derrière votre véhicule, alors là, vous courez vraiment après les problèmes. »

Un composant majeur

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Les pneus contribuent à la qualité de la tenue de route, du freinage, à l’adhérence et à la motricité.

On ne le répétera jamais assez, les pneumatiques figurent parmi les composants majeurs d’un véhicule. Ils contribuent à la qualité de la tenue de route, du freinage, à l’adhérence et à la motricité. Ils sont également responsables du confort de nos trajets et du bruit (encore plus vrai avec un véhicule électrique) que génère la circulation.

Certains pneus n’excellent en rien, d’autres sont homogènes en tout. Pour le consommateur, le choix devra inévitablement se fonder sur un compromis.

Le choix d’un pneumatique pour les trois prochaines saisons est, de loin, le plus complexe pour le consommateur, reconnaît Éric Dedoyard, président de Yokohama Canada.

Beaucoup plus qu’un pneu d’hiver, dont les principaux critères gravitent essentiellement autour de la motricité et de l’adhérence sur des surfaces enneigées ou glacées.

Avant même d’entamer ses recherches ou de se rendre chez un détaillant, « le consommateur doit établir sa liste de critères en tenant compte de l’utilisation de son véhicule au cours de cette période », ajoute notre interlocuteur.

Le kilométrage parcouru, votre type de conduite, le type de route le plus fréquemment emprunté : autant de questions (et il y en a d’autres, si vous tractez une charge, par exemple) qu’un bon conseiller s’empressera de vous poser afin de mieux cerner les pneumatiques correspondant à vos critères. Aussi bien préparer vos réponses à l’avance et, naturellement, vous fixer un budget.