Pour peu que le véhicule ait fait l’objet d’un entretien suivi, il n’y a rien à faire sur le plan technique pour bien se préparer à la saison d’hiver. Dans le cas contraire, il faut voir à tout ou presque.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Parmi les éléments les plus surveillés figure assurément en premier lieu le système de charge (batterie et alternateur), suivi du système de refroidissement, des freins et de la direction.

Si l’automobiliste d’aujourd’hui n’est plus le bienvenu sous le capot – tous les composants sont généralement masqués –, sa contribution est nécessaire pour de menus travaux. 

Par exemple, enduire de gelée de pétrole le métal à nu de son véhicule si un rendez-vous chez le carrossier n’est pas à l’agenda des prochaines semaines. Cela pourra ralentir les effets dévastateurs de la rouille. Ensuite, à l’aide d’un lubrifiant en lithium cette fois, le carrossier pourra enduire tous les éléments mobiles de la carrosserie : charnières, clapet, loquet. Bref, tout ce qui bouge. 

Un lavage complet des glaces (et des phares) s’impose, tout comme le ménage complet de l’habitacle et du coffre.

Ce dernier devrait à tout le moins contenir un balai à neige, une petite pelle, une vieille couverture, une réserve adéquate de liquide lave-glace et des câbles de survoltage…

Puisque vous avez la tête dans le coffre, pourquoi ne pas jeter un coup d’œil à la roue de secours ou encore à la bombe anticrevaison ?

Autre bonne habitude à prendre : toujours maintenir le réservoir d’essence au moins à moitié plein, sans quoi il peut se former de la condensation dans le réservoir. Quant aux additifs, ils sont recommandés surtout si le véhicule séjourne régulièrement dans un garage chauffé ou dans un stationnement souterrain.