Le Groupe de la Veillée et le théâtre Prospero ont annoncé mardi que Carmen Jolin quittera la direction artistique et générale après avoir occupé ces fonctions pendant 12 ans.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Carmen Jolin s’était jointe au Groupe de la Veillée en 1983, et y a œuvré tant sur scène comme artiste qu’en coulisse dans des postes administratifs. Elle a succédé à Téo Spychalski à la direction en 2010, et présentera une dernière programmation, pour la saison 2021-2022, avant de quitter après une mûre réflexion.

« C’est le moment pour moi de fermer un cycle riche et fructueux qui m’a procuré de nombreuses et profondes satisfactions, a déclaré Carmen Jolin. Cet exercice exigeant et si intéressant a été nourri par les échanges avec les créateurs, créatrices et par les projets réalisés avec leur collaboration. Tout cela m’a permis de ne pas m’éloigner du sens et du cœur de l’action théâtrale ; diriger ne fut pas pour moi une question de gestion et d’organisation, loin de là. »

La directrice souligne à quel point le Prospero a su développer « un chemin artistique enraciné dans une pratique originale du jeu d’acteur, dans un répertoire dramaturgique puissant, ouvert sur le monde », mais aussi en partageant ses espaces et ses expériences. Un héritage qui « ne s’effacera pas » et dont les nouvelles générations s’empareront, croit-elle.

« Ma décision s’inscrit tout naturellement dans un itinéraire au long cours. Je dirigerai désormais mes énergies vers des projets, des activités personnelles avec plus de liberté et à un rythme différent. »

Les responsabilités de la direction générale et de la direction artistique seront dorénavant réparties entre deux postes, a annoncé le Groupe de la Veillée.