La nouvelle est tombée comme une petite bombe, hier matin. La compagnie de Robert Lepage, Ex Machina, a mis un terme au projet du spectacle Kanata, en réaction à l'indignation des autochtones devant l'absence d'artistes issus de leurs communautés.

Luc Boulanger LA PRESSE

Le metteur en scène devait créer Kanata le 15 décembre à La Cartoucherie à Paris, lieu de résidence du Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine. Ensuite, la pièce, coproduite par la maison de production Park Avenue Armory, devait partir en tournée en 2019, avec un arrêt à New York. « La controverse infiniment complexe et souvent agressive [...] touche maintenant des coproducteurs nord-américains qui s'y intéressaient, dont certains nous annoncent aujourd'hui leur retrait, écrit Ex Machina dans un communiqué. Sans leur apport financier, il nous est impossible de compléter la création de Kanata avec le Théâtre du Soleil. »

Après l'annulation de SLĀV le 4 juillet, il s'agit d'un deuxième revers de fortune pour Lepage, l'un des plus brillants créateurs d'ici et ambassadeur du théâtre québécois depuis 30 ans. Pour reprendre le titre d'une oeuvre de Lepage, les plaques tectoniques sont en train de glisser dans la société ; et le milieu culturel commence à réagir. « Actuellement, je suis sous le choc ! Il va falloir se questionner profondément, confie le metteur en scène Serge Denoncourt. À l'époque de Shakespeare, les femmes ne pouvaient pas monter sur scène, et on faisait jouer les rôles féminins par des hommes. Mais les temps changent. » 

En effet, aujourd'hui, des actrices peuvent incarner des héros masculins de Shakespeare au Festival de Stratford.

« Peut-être que désormais, un acteur blanc ne pourra plus se glisser dans la peau d'un personnage d'une minorité. C'est quoi, le théâtre ? C'est quoi, l'art ? Je n'ai pas de réponses, seulement des questions. »

Attrapé avant son vol pour la Turquie, le dramaturge Michel Marc Bouchard était aussi ébranlé par la nouvelle : « Toute annulation d'un spectacle est une perte pour l'art, pour le dialogue et pour la pensée. »

Lorraine Pintal, actuellement au Festival d'Avignon, semble revivre le scénario de SLĀV : « Si c'est ce qu'on appelle une victoire pour l'intégration de la diversité culturelle à la pratique artistique, alors là, je déchante, car il n'est plus question de théâtre, mais de guerre de territoire ! se désole la directrice du TNM. Robert Lepage est et demeurera un artiste visionnaire et planétaire ! Il est certain que même sans la présence d'artistes autochtones dans Kanata, la production aurait été d'une inventivité et d'une pertinence sans faille. Ces annulations successives me font craindre que tout geste artistique qui témoignera de la réalité de l'autre soit ostracisé, banni, censuré ! »

Autres temps, autres moeurs 

En 1993, Marina Orsini jouait une jeune Amérindienne, Shehaweh, dans la télésérie de Jean Beaudin. À l'époque, personne n'avait tiqué sur le fait de voir une actrice québécoise fille d'un immigrant italien interpréter une autochtone. « Sauf Nathalie Petrowski qui avait écrit dans La Presse que j'avais le look "d'une Indienne de Saint-Léonard" ! »

Le referait-elle aujourd'hui, à l'aune des controverses SLĀV et Kanata ? « Oui, bien sûr, répond la comédienne. Je n'ai pas vu les deux spectacles, mais je sais que Lepage et Betty Bonifassi sont des créateurs sensibles et respectueux. Ils veulent rendre hommage à ces communautés. C'est triste car leur message est beau. Ça dit qu'il faut garder la mémoire vivante. »

Réactions des politiques

La controverse a aussi versé dans l'arène politique, hier. L'issue a été qualifiée de « malheureuse » par Marie Montpetit. « Personne n'y gagne ; ni les créateurs, ni les nations autochtones, ni le public, a déploré la ministre de la Culture. C'est une occasion manquée de découvrir l'oeuvre d'un grand créateur québécois et de parler de la culture autochtone. » 

Sur Twitter, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a appelé le gouvernement à aller plus loin. Selon lui, le premier ministre Couillard doit soutenir sans réserve l'oeuvre de Lepage. Il a dénoncé au passage le « recul de la liberté artistique », qu'il a qualifié d'« intolérable ». « Les pressions des censeurs et la faiblesse morale des coproducteurs ne doivent pas avoir le dernier mot en matière de liberté artistique », a-t-il déploré.

La Coalition avenir Québec abonde dans le même sens. « Comme pour l'annulation de SLĀV, nous craignons que cela ne mette à mal la liberté d'expression de nos artistes », a déclaré le porte-parole du parti, Ewan Sauves. 

Pour Québec solidaire, l'annulation de Kanata prouve plutôt la nécessité de poursuivre le débat public sur la place des minorités dans la culture. Gabriel Nadeau-Dubois affirme qu'une telle démarche ne devrait pas avoir pour but de mener un « procès d'intention » aux créateurs. « Plutôt que l'annulation du spectacle, Québec solidaire aurait suggéré la poursuite du dialogue, a indiqué le député. Un débat sain aurait peut-être mené à une meilleure représentation des artisans provenant des peuples autochtones. »

Remise en question au CALQ

Si le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) ne remet pas en question son appui financier à Ex Machina, sa porte-parole, Honorine Youmbissi, a cependant indiqué que le conseil d'administration amorcera une réflexion dans la foulée des controverses qui ont forcé l'annulation de deux pièces de Lepage. Ce processus pourrait entraîner une révision de sa politique d'aide aux organismes culturels. « Nous entendons continuer d'agir en concertation avec le milieu, a indiqué Mme Youmbissi. Nous suivons de près les questions soulevées par ces spectacles. Elles alimentent les réflexions de notre conseil d'administration, lesquelles pourraient guider nos prochaines actions en tant qu'organisme de financement public. » 

Joint à Paris, un porte-parole du Théâtre du Soleil nous a appris qu'Ariane Mnouchkine est actuellement au Japon et qu'elle ne réagira pas avant quelques jours. Park Avenue Armory n'a pas répondu aux appels de La Presse. Ex Machina et Robert Lepage n'émettront pas d'autres commentaires.

- Avec la collaboration de Martin Croteau, La Presse

QU'EST-CE QUE KANATA ?

Un projet de spectacle-fleuve qui relate en trois moments, à trois époques différentes, l'histoire des relations entre Blancs et Autochtones au Canada.

QUI EST ROBERT LEPAGE ?

Depuis quatre décennies, Robert Lepage a fait sa marque mondialement avec des mises en scène inventives, tant au théâtre qu'à l'opéra et au cinéma. On lui doit notamment de précieuses collaborations avec Peter Gabriel et Laurie Anderson. Depuis 1984, il cumule des prix, récompenses et honneurs tant au Québec et au Canada qu'en Europe.

L'été de la controverse

26 juin 

La première de SLĀV est perturbée. Des manifestants, majoritairement de la communauté noire de Montréal, apostrophent les spectateurs devant le TNM. Ils demandent l'annulation du spectacle de Betty Bonifassi et Robert Lepage.

29 juin 

La chanteuse Betty Bonifassi se blesse à la cheville, deux représentations du spectacle sont annulées.

4 juillet 

Le Festival international de jazz de Montréal décide d'annuler toutes les représentations de la production SLĀV au TNM.

6 juillet 

Par voie de communiqué, Robert Lepage déplore l'annulation de SLĀV, un geste qu'il voit comme un « coup porté à la liberté d'expression artistique ». « S'il n'en tenait qu'à moi, le spectacle tiendrait encore l'affiche. »

7 juillet 

Le lendemain, c'est au tour de Betty Bonifassi de réagir dans une lettre ouverte publiée dans La Presse+ : « Nous n'avons jamais mérité autant de haine. »

12 juillet 

La directrice du TNM, Lorraine Pintal, parle « d'un avant et d'un après-SLĀV », en entrevue au Devoir. Elle promet aussi « un coup de barre pour rendre la scène du TNM plus représentative de la diversité ».

14 juillet 

Dans une lettre publiée dans Le Devoir, une vingtaine d'artistes et intellectuels autochtones dénoncent l'absence prévue d'autochtones dans la distribution de Kanata.

19 juillet 

Ariane Mnouchkine et Robert Lepage rencontrent les signataires de la lettre qui dénoncent le processus de création de Kanata.

21 juillet 

Robert Lepage brise le silence à la radio Ici Première, avec sa première entrevue concernant les controverses Kanata et SLĀV.

26 juillet 

Annulation de Kanata.