Source ID:548306; App Source:cedromItem

Sister Act: le mélange des couleurs

Une douzaine de comédiennes forment le contingent de... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Une douzaine de comédiennes forment le contingent de religieusesm notamment Dayane Ntibarikure, Linda Sorgini, Suzanne Champagne, Dorothée Berryman, Danièle Lorain et France Castel.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Denise Filiatrault a la main heureuse avec ses adaptations de comédies musicales. Cet été, la directrice artistique du Rideau Vert a choisi de porter à la scène Sister Act (Rock'n Nonne) inspiré du film popularisé par l'actrice américaine Whoopi Goldberg. Une production imposante défendue par 27 comédiens et chanteurs.

Année après année, Denise Filiatrault enchaîne les succès en adaptant des comédies musicales de Broadway - Singin' in the Rain, The Sound of Music, My Fair Lady, pour ne nommer que celles-là. «Des spectacles que les gens connaissent», précise la metteure en scène de 82 ans.

Mais le triomphe de Hairspray, l'an dernier, avait quelque chose de particulier: il a révélé le talent de nombreux artistes noirs (dont le danseur Gardy Fury), qui faisaient partie de cette éclatante distribution en noir et blanc. On le reverra d'ailleurs cet été.

Hairspray, pour ceux qui ne l'ont pas vu, mettait en scène une adolescente un peu boulotte (Tracy Turnblad), qui voulait participer à une émission de télévision de type Star Académie, où les filles étaient toutes très minces... et blanches.

«Le public a découvert des chanteurs et des comédiens de la communauté noire, mélangés avec des acteurs de la communauté blanche, raconte Denise Filiatrault, et ils ont adoré ça.»

Non seulement la distribution était colorée, mais le public aussi, pour une rare fois, semblait un peu plus représentatif de la diversité culturelle de Montréal. «C'est vrai, reconnaît la metteure en scène, c'était merveilleux!»

«Cette année, Gilbert [Rozon] avait les droits de deux comédies, The Producers et Evita, poursuit Denise Filiatrault. Mais je me suis dit que Sister Act serait un peu dans le prolongement de Hairspray. Avec ce même mélange de couleurs sur scène.»

La comédie inspirée du film

Denise Filiatrault garde un vague souvenir du film sorti en 1992, qui mettait en vedette Whoopi Goldberg. C'est en voyant la comédie musicale à Broadway (inspirée du film) qu'elle est «tombée en bas de [sa] chaise».

Deloris Van Cartier est une chanteuse qui se produit dans un casino de Reno avec deux collègues, peinant à se faire une place au soleil. Un soir, elle est témoin d'un meurtre commis par son amant, Curtis The Pimp (Normand Brathwaite).

Prise de panique, elle le dénonce à la police. Mais son amant part à ses trousses. À la suggestion du commissaire de police (Gardy Fury), elle se réfugie dans un couvent de religieuses blanches. C'est là qu'elle transformera la chorale de l'église.

Jeudi dernier, Denise Filiatrault a présenté un extrait de la pièce aux médias. Une scène clé où le personnage de Deloris Van Cartier donne son premier cours de chant aux religieuses. Une douzaine de comédiennes forment le contingent de religieuses, notamment Linda Sorgini, Suzanne Champagne, Dorothée Berryman, Danièle Lorain et France Castel, dans le rôle de la mère supérieure, qui a joué avec beaucoup d'aplomb.

«Ce sont des femmes de 50 ans en montant, et ça chante!», se réjouit la metteure en scène. Le chanteur Marc Hervieux, dans le rôle de Monseigneur O'Hara, fait également partie de la distribution.

Dayane sera Deloris

Le personnage principal de Deloris Van Cartier sera défendu par une actrice de 27 ans d'origine burundaise, Dayane Ntibarikure. La jeune femme établie au Québec depuis l'âge de 6 ans avait un petit rôle dans Hairspray, l'an dernier, avec sa jeune soeur.

C'est à la demande de Denise Filiatrault qu'elle a passé l'audition pour le rôle principal. «C'est elle qui a donné la meilleure audition, dit-elle. Elle est très disciplinée. Elle fait ce métier sérieusement. Elle joue bien, elle chante, elle danse, elle est cultivée.»

Normand Brathwaite, lui, fait un retour sur les planches. Denise Filiatrault n'avait pas travaillé avec son ami depuis 30 ans, à l'époque où ils jouaient dans la série Chez Denise. «Il ne porte pas le spectacle sur ses épaules, et je pense qu'il a du fun. Il est bon, on l'oublie, mais il a une formation d'acteur!»

L'animateur de Belle et Bum confirme: «Je suis un peu nerveux, mais on est 28 à défendre ce show. La pression ne retombe pas juste sur moi. Denise et moi, on est amis. Quand je ne fais pas ce qu'elle veut, elle me dit très rapidement quoi faire. Comme je connais son talent et sa vision, je le fais.»

Normand Brathwaite en convient volontiers, au départ, il a refusé la proposition de son amie. «Elle a dit à ma femme: «Fais ce que tu veux, mais je veux qu'il me dise oui demain matin.» » Finalement, son retour à la scène commence à être agréable. L'animateur n'exclut pas la possibilité de répéter l'expérience. «Ça fait des années que Lorraine Pintal veut me faire jouer, mais le théâtre me faisait tellement peur... Maintenant que j'ai accepté de jouer avec Denise, je n'aurai peut-être pas le choix de jouer pour Lorraine.»

Denise Filiatrault a déjà laissé entendre que ce pourrait être sa dernière comédie musicale. «Je suis fatiguée», a-t-elle dit. Mais si elle devait en monter une autre encore, laquelle choisirait-elle? «Il y en a plusieurs, répond-elle, mais j'aimerais bien monter Grease, pour la danse.» Comme quoi le feu se rallume vite...

Au Théâtre St-Denis du 17 juin au 25 juillet.

Douze ans de Deloris

1992

Sister Act, le film

Ce film d'Emile Ardolino, sorti en 1992, est à l'origine de la comédie musicale. Whoopi Goldberg y brille dans le rôle de Deloris Van Cartier, chanteuse qui se produit dans un casino de Reno. La jeune femme sera témoin d'un meurtre commis par les sbires de son amant mafieux. Sa vie étant menacée, elle se réfugiera dans un couvent sous la fausse identité de soeur Marie-Clarence. Grâce à elle, la chorale de l'église Sainte-Catherine sera transformée.

1993

Sister Act 2: Back in the Habit

Le réalisateur de la série télé Miami Vice, Bill Duke, a poursuivi les aventures de Deloris Van Cartier dans cette suite de Sister Act, mais les critiques ont été assassines. Deloris y revêt le costume de religieuse comme enseignante dans une école défavorisée. Whoopi Goldberg défend bien sûr le personnage principal.

2006

Sister Act, la comédie musicale

Adaptée du film d'Emile Ardolino, la comédie musicale a été créée en 2006 au Pasadana Playhouse, en Californie, dans une mise en scène de Peter Schneider. Le livret a été écrit par Cheri et Bill Steinkellner, tandis que la musique était signée Alan Menken.

2009

La comédienne Whoopi Goldberg coproduit la version anglaise, créée à Londres en 2009. Elle joue même le rôle de la mère supérieure en 2010 durant quelques représentations. C'est la chanteuse Patina Miller qui défend le rôle principal de Deloris Van Cartier.

2011

Une nouvelle adaptation pour Broadway, à New York, voit le jour en 2011. Douglas Carter Beane réécrit le livret, tandis que Jerry Zaks signe la mise en scène. Patina Miller reprend son rôle de Deloris. Depuis la fin de la production new-yorkaise, plusieurs tournées américaines ont suivi.

Jean Siag




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer