Les astronomes amateurs peuvent maintenant suivre le cours d'astronomie en ligne Comprendre l'Univers de l'Université de Montréal.

Mis à jour le 14 août 2013
MARTINE LETARTE, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

«Le cours, qui comprend une petite mise à niveau, pourra être suivi par tous, avec ou sans connaissances en sciences et en mathématiques», indique Olivier Hernandez, astrophysicien et chargé de cours à l'Université de Montréal.

«Nous expliquerons des notions qui permettront de comprendre les très grands chiffres en astronomie, comme une année-lumière ou la masse du Soleil et de la Terre», explique Olivier Hernandez.

Le cours, divisé en six modules, sera en ligne: textes, animations, baladodiffusions, vidéos, etc. L'étudiant choisira quand il y travaillera.

«Les étudiants pourront poser des questions sur un forum en ligne, et j'y répondrai», précise Olivier Hernandez.

Le cours est crédité et se complète en 135 heures de travail.

Composition pour l'écran et la scène

Le nouveau diplôme d'études professionnelles approfondies (DEPA) Composition pour l'écran et la scène est maintenant offert à la Faculté de musique de l'Université de Montréal.

«Le programme est ouvert aux différentes formes de composition instrumentale et électroacoustique, qui consiste à capter différents sons pour les travailler», explique Caroline Traube, professeure agrégée en sciences et technologies de la musique à l'Université de Montréal, qui a participé au développement du programme.

Les étudiants se pencheront sur la composition de musique notamment pour le cinéma, la télévision, le jeu vidéo, le théâtre et la danse.

«Nous venons d'ailleurs de créer un partenariat avec l'École de danse contemporaine de Montréal où les étudiants iront travailler en mars en interagissant avec les danseurs», indique Caroline Traube.

Le programme comprend deux séminaires en composition axés sur la pratique.

«Ils accueilleront plusieurs invités qui viendront parler de leur expérience et contraintes du milieu professionnel», affirme la professeure.

Plusieurs crédits sont aussi accordés à du travail dirigé.

«Nous mettrons en contact les étudiants avec des artistes visuels locaux pour qu'ils travaillent sur un projet appliqué avec l'aide d'un professeur, explique Caroline Traube. Comme c'est un programme de troisième cycle, les étudiants doivent arriver avec une solide base en composition, et nous leur demanderons d'ailleurs un haut niveau de créativité. Ils devront développer un langage personnel.»

Le programme se termine en un an à temps complet, mais pourra se faire à demi-temps.