Dès qu’un enfant a besoin d’un traitement intraveineux, les infirmières de partout sur la planète utilisent des attelles maison qui sont souvent douloureuses, inconfortables et qui doivent être réinstallées à répétition. Témoins des traumatismes que vivent leurs jeunes patients, trois infirmières de Chibougamau ont travaillé d’arrache-pied pour trouver une solution : l’attelle Fix I/V.

Samuel Larochelle
Samuel Larochelle Collaboration spéciale

Ayant accumulé plus de 100 ans d’expérience (à trois) dans les hôpitaux, Suzanne Belisle, Dominique Ruel et Louise Tremblay ont vu quantité d’enfants souffrir lorsqu’elles devaient leur installer un cathéter avec une attelle inadaptée. « En néonatalogie, 10 % des enfants viennent au monde en ayant besoin de traitements intraveineux, en raison d’infections ou d’autres problèmes, explique Mme Tremblay. Et comme les enfants se déshydratent facilement, on doit fréquemment leur installer un soluté pour la journée. »

Traditionnellement, l’attelle néonatale et pédiatrique est faite de planchettes enroulées de bandages. « Ce n’est vraiment pas efficace ! Ça nous force à repiquer les enfants deux ou trois fois par jour. On doit être deux infirmières pour tenir l’enfant et trouver leurs petites veines. On les fait pleurer pendant presque 20 minutes chaque fois ! »

Pire, si le cathéter sort de la veine, le liquide peut s’infiltrer dans les tissus sous-cutanés, le membre peut gonfler et faire éclater la peau. « Il y a un besoin criant d’améliorer le sort des tout-petits. »

Testé pendant des années

PHOTO FOURNIE PAR ÉQUIPEMENTS FIX I/V

Dominique Ruel, Suzanne Bélisle et Louise Tremblay dirigent Équipements FIX I/V.

Sa collègue Suzanne Belisle a imaginé, modelé et testé une idée pendant des années, afin de concevoir une attelle très légère, adaptée à l’ergonomie de l’enfant, confortable, sans latex et hypoallergique, qui permet un meilleur maintien des voies intraveineuses.

Avec cette attelle, un nouveau-né peut fermer son poing naturellement sans douleur et sans égratigner son visage ou son ventre, alors qu’un enfant peut s’amuser tout en ayant son traitement intraveineux. Et c’est beaucoup plus simple à installer pour les infirmières !

Louise Tremblay, chargée de la commercialisation chez Équipements FIX I/V

Au fil du temps, les trois partenaires ont fait breveter leur création, conçu un prototype et trouvé un distributeur pour percer le marché complexe des hôpitaux. « C’est très réglementé et il faut beaucoup de contacts. En plus, la COVID-19 nous a mis des bâtons dans les roues. On voulait faire des rencontres dans les différents hôpitaux au cours de la dernière année. »

Heureusement, elles peuvent miser sur d’innombrables tests réalisés au centre hospitalier de Chibougamau. « Nos collègues adorent nos attelles. Tout le monde était tanné d’utiliser les vieux modèles faits maison. Et dès qu’on croise des infirmières pour des cas qu’on doit envoyer à Montréal par avion, elles veulent toutes savoir comment se procurer nos attelles. Des infirmières, ça comprend vite quand quelque chose est efficace. »

PHOTO FOURNIE PAR ÉQUIPEMENTS FIX I/V

Les entrepreneures souhaitent vendre leurs attelles partout au Québec et dans le monde.

Les parents d’enfants traumatisés par le vieux modèle n’ont pas tardé à réagir en apprenant qu’un nouveau produit venait changer la donne. « Ils nous remercient en nous appelant “les anges”. Ils nous disent à quel point ils auraient aimé que leurs enfants en bénéficient. »

Ayant depuis peu des demandes de l’étranger, les entrepreneures souhaitent vendre leurs attelles partout au Québec et dans le monde. « On souhaite que le plus d’enfants possible aient accès à ce produit. »