Entre 700 et 800 commandes de nouveaux fauteuils de travail chaque semaine : c’était la nouvelle réalité d’Artopex durant les premiers mois de la pandémie. Afin de répondre à la demande des centaines de milliers de Québécois qui ont été forcés de travailler de la maison, l’entreprise spécialisée en conception de mobilier de bureau a investi 6 millions de dollars dans son usine de Sherbrooke.

Samuel Larochelle
Samuel Larochelle Collaboration spéciale

La PME, qui possède six usines et dont le siège social est à Granby, a vu la nécessité d’agrandir son usine consacrée à la fabrication de fauteuils de travail. « On a maintenant un entrepôt de 65 pi de hauteur complètement automatisé qui nous permet d’être beaucoup plus efficaces pour gérer les défis d’approvisionnement et assurer une livraison rapide », explique le président, Daniel Pelletier.

Depuis mars 2020, la forte croissance du télétravail a poussé quantité de professionnels à s’équiper en mobilier de bureau à la maison. Si beaucoup ont trouvé leur compte dans les grandes surfaces, d’autres ont préféré les produits d’Artopex. « Notre offre est plus haut de gamme que chez Costco et Bureau en gros, et nos clients recherchent le confort auquel ils sont habitués à leur bureau. En juin 2020, nous avons donc mis en place un site web transactionnel accessible au grand public et un système de livraison rapide. »

Le mois suivant, l’entreprise a mis en marché des produits de travail adaptés aux habitations de style condo. Un exemple : une boîte fixée au mur qui se déploie, une fois ouverte, en surface de travail pour ordinateur portable et accessoires de bureau.

Elle a aussi pensé aux entreprises qui veulent adapter leurs espaces aux mesures sanitaires, en créant des produits de protection individuelle en verre plutôt qu’en plexiglas.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Daniel Pelletier, président d’Artopex

On travaille fort à imaginer l’avenir après la pandémie. La tendance ira encore plus qu’avant vers les aires collaboratives et des bureaux qu’on réserve pour une ou deux journées. Ça prendra donc du mobilier ajustable en hauteur et doté d’une certaine flexibilité d’utilisation. On modifie donc certains de nos produits pour répondre à cette demande.

Daniel Pelletier, président d’Artopex

Les besoins ponctuels de calme et d’intimité que généreront ces aires ouvertes seront également comblés par une autre innovation d’Artopex : la Mute Box, un espace de travail insonorisé qui ressemble à une cabine téléphonique et qui possède un système de changement d’air, la lumière, des écrans et le nécessaire de travail. « On pourrait même l’utiliser dans les banques. Les clients se présenteraient en succursale pour rencontrer un conseiller. La personne s’installerait dans la cabine et discuterait avec le spécialiste sur l’écran. On offre la Mute Box depuis déjà deux ans, mais je vois venir une recrudescence de sa popularité. »

La clé du succès

Artopex traverse les décennies pour deux raisons principales. La première : elle fait de tout. « On est le seul manufacturier québécois d’ameublement de bureau qui fabrique tous les types de produits dans le domaine. » La deuxième : sa capacité d’adaptation, au propre comme au figuré. « Environ 30 % de notre production est constituée de produits adaptés selon les besoins de nos clients : hauteur, forme, couleur, personnalisation. Les multinationales ne sont pas capables de répondre à ce genre de demandes. Nous, même si on a 6 usines et 600 employés en ce moment, on reste très flexibles. »