De nouveaux programmes et d’autres qui sont encore des secrets trop bien gardés de facultés de génie sont offerts dans plusieurs universités du Québec. En voici quatre à découvrir.

Martine Letarte Martine Letarte
Collaboration spéciale

Première cohorte en bio-ingénierie

C’est cette année que les premiers étudiants du baccalauréat en bio-ingénierie créé par l’Université McGill obtiendront leur diplôme. Cette discipline en plein essor allie les principes du génie et de la biologie. En s’inspirant notamment des systèmes vivants sophistiqués comme outil de création, la bio-ingénierie peut être mise à profit dans différentes disciplines comme la science des matériaux, les applications biomédicales, la biologie moléculaire et le génie de l’environnement. Les diplômés de ce nouveau programme, un des rares du genre au pays, pourront travailler notamment dans l’industrie pharmaceutique, l’équipement médical, l’énergie de la biomasse et les biotechnologies agricoles.

Consultez le site de McGill

L’eau tous azimuts

Unique au Québec, ce programme de l’Université Laval forme des ingénieurs pour gérer l’eau de façon intégrée et durable. Cela inclut la prévention de la pollution et l’altération de l’environnement hydrique, sans oublier l’intervention en cas d’augmentation de sécheresses ou d’inondations. Le programme pige dans les connaissances des génies civil, géologique et agroenvironnemental, en plus de faire appel à des sciences pures comme la chimie, la biologie et la microbiologie. Ces futurs ingénieurs pourront concevoir les plans, puis construire et implanter des ouvrages et équipements de gestion de l’eau. Le programme les amène aussi à travailler en collaboration avec les autres intervenants impliqués dans le domaine.

Consultez le site de l'Université Laval

Mariage mécanique et électrique

Alors que les défis du monde actuel de plus en plus complexe exigent souvent d’aller piger dans différentes disciplines pour trouver des solutions, le baccalauréat en génie des systèmes électromécaniques allie les génies mécanique et électrique. Le programme donné à Rimouski et en Abitibi-Témiscamingue permet aux futurs ingénieurs d’apprendre à analyser, à concevoir et à réaliser des éléments et des systèmes électromécaniques pour le domaine de la production industrielle, de l’automatisation et de l’optimisation des procédés. Le programme permet aussi de réaliser des stages en entreprise.

Consultez le site de l'UQAR

Consultez le site de l'UQAT

Les matériaux du futur

Développer des matériaux qui pourront remplacer des os dans le corps humain, ou qui pourront réduire par leur légèreté la production de gaz à effet de serre dans l’industrie du transport, ou qui ont la résistance nécessaire pour répondre aux besoins de l’industrie aérospatiale : le génie des matériaux a toutes sortes d’applications. Il y a aussi beaucoup de travail à faire pour développer de nouveaux matériaux intéressants à partir de matières recyclées. L’Université McGill offre dans le domaine un baccalauréat coopératif – avec stages en milieu de travail. Les diplômés peuvent travailler notamment dans les secteurs manufacturier, aérospatial, énergétique et dans l’industrie chimique.