Les camions blindés et les fourgons tactiques de Cambli pourraient bientôt circuler en Afrique du Nord et aux Émirats arabes unis. L'entreprise de Saint-Jean vient en effet de signer des ententes avec des représentants commerciaux de ces deux régions.

Guy Paquin, collaboration spéciale LA PRESSE

«Nous avons eu une croissance foudroyante en 2010 [100% d'augmentation des revenus], explique Véronique Tougas, présidente de Cambli. Nous semblons avoir atteint un plafond dans nos marchés habituels. Il est donc naturel que nous explorions de nouveaux territoires.»

Avec 100% du marché canadien du camion blindé pour le transport des valeurs et 50% du marché américain, Cambli peut difficilement faire mieux, en effet. Son succès s'explique par la valeur technologique ajoutée des produits Cambli, que Mme Tougas décrit comme des «véhicules intelligents».

«Nos véhicules sont équipés de systèmes multiplex, indique-t-elle. Il s'agit de systèmes de télécommunication entre les ordinateurs embarqués et ceux du client. Le blocage et l'ouverture des issues et le repérage par GPS sont des exemples de ce que ces systèmes contrôlent.»

Gambli a à peu près saturé le marché canadien des véhicules de transport de valeurs, avec des clients comme Brinks ou Garda. L'entreprise se tourne donc maintenant vers un autre type de véhicule intelligent doté de systèmes de communication d'avant-garde.

Le Thunder 1 est un véhicule blindé d'intervention tactique destiné aux services policiers. En octobre 2012, la Ville de Québec a commencé des essais avec ce véhicule. Elle demandera ensuite des modifications pour répondre à ses besoins particuliers.

Cambli emploie 150 personnes et son chiffre d'affaires se situe entre 20 et 30 millions.