Étonnamment, Devolutions est située à Lavaltrie, mais elle compte des clients qui utilisent ses applications de cybersécurité pour la gestion des mots de passe et des connexions à distance dans 140 pays.

Publié le 24 janvier
Marc Tison
Marc Tison La Presse

C’est ce qui autorise son président, David Hervieux, à donner quelques conseils simples aux petites entreprises, qui sont elles aussi sujettes aux cyberattaques. « La question n’est pas de savoir si vous allez être attaqué, mais quand, dit-il. Les PME sont des victimes parfaites parce qu’elles sont mal défendues. »

Devolutions a dévoilé avant les Fêtes les résultats d’une enquête qu’elle a menée auprès de 440 PME réparties un peu partout dans le monde, qui montre que 52 % d’entre elles ont été victimes d’au moins une cyberattaque au cours de la dernière année.

Pour s’en protéger, « le Québec est à peu près deux ou trois ans en retard », constate David Hervieux. Heureusement, ajoute-t-il, les PME québécoises sont de plus en plus conscientes des risques et le sujet n’est plus tabou chez celles qui en ont été victimes.

« On voit que les entreprises commencent à mettre du budget dans des solutions informatiques, parce qu’avec la pandémie et le télétravail, les accès à distance sont de plus en plus importants », dit-il.

D’où ces quelques suggestions.

Cinq conseils

  • « On recommande d’activer les multiples signatures sur les transferts bancaires pour éviter ce qu’on appelle la fraude du président », avise le président. Elle survient lorsqu’un fraudeur usurpe l’identité du président pour demander par courriel à un subalterne de transférer d’urgence des fonds. Une double signature ou une double approbation pour les chèques et les transferts bancaires court-circuite cette arnaque.
  • Pour protéger les données personnelles et confidentielles et empêcher les accès non autorisés, David Hervieux recommande de mettre en place un système d’identification à deux facteurs plutôt que la simple utilisation d’un mot de passe – avec un code de confirmation envoyé par texto, par exemple.
  • Il faut éviter les chiffriers où sont consignés tous les mots de passe de l’entreprise, et plutôt utiliser une application sécurisée de gestion des mots de passe.
  • « Je pense aussi qu’il y a une petite sensibilisation à faire auprès des employés. Les gens doivent être vigilants et conscients que même si l’entreprise ne compte que quatre personnes, elle peut être une cible pour les rançongiciels », dit le président de Devolutions.
  • Enfin, l’entreprise devrait adopter une politique de changement de mot de passe à intervalle de six mois ou un an. « Attention, il ne faut pas le demander trop souvent, parce que les gens mettent alors des mots de passe faibles », prévient-il.

Succès à l’étranger

Consultant en informatique, David Hervieux a fondé Devolutions en 2010 sur la base des services qu’il avait commencé à offrir en 2004. Son entreprise emploie maintenant 130 personnes.

Devolutions a développé ses propres logiciels, dont le principal, appelé Remote Desktop Manager, centralise, gère et sécurise les connexions à distance.

« On a 800 000 utilisateurs : 400 000 qui utilisent la version gratuite et 400 000 qui utilisent la version pour entreprise », indique son président.

« Les PME sont d’abord le marché cible de nos solutions, mais notre acheteur type, c’est le gestionnaire réseau. La plupart des entreprises ont en moyenne au moins 300 mots de passe. »

Son étude a montré qu’une PME sur cinq utilise des méthodes non sécurisées pour conserver ses mots de passe.

Il estime que 95 % de son chiffre d’affaires, qui s’est accru de 30 % depuis 2020, est réalisé à l’étranger, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni, en dépit du protectionnisme patriotique de leurs entrepreneurs.

Devolutions a su percer leurs défenses.

GM se branche (encore davantage) sur FLO

PHOTO FOURNIE PAR FLO

Bornes de recharge FLO récemment installées chez GM à Arlington, au Texas

La connexion entre General Motors (GM) et le réseau et fournisseur d’équipement de recharge québécois FLO se concrétise. FLO a livré « sa première vague de bornes de recharge de véhicules électriques en milieu de travail dans le cadre d’une entente pluriannuelle avec GM ». Grâce à la vague de FLO, les employés du constructeur, partout sur ses sites américains, pourront recharger leur véhicule électrique sur des bornes à courant alternatif de niveau 2 – similaires aux bornes domestiques de 240 volts – et des bornes rapides à courant continu, dites de niveau 3. Jusqu’à présent, sur les 500 bornes commandées, plus de 350 ont été livrées aux bureaux et usines de GM, dont une dizaine à recharge rapide. « C’est sans contredit un développement majeur ! », a commenté par courriel Sylvain Bouffard, directeur des communications et des affaires publiques. « L’entente avec GM représente une reconnaissance de la qualité et de la fiabilité de nos bornes et du réseau FLO par un constructeur automobile qui est particulièrement engagé dans la transition vers la mobilité électrique. En termes de volumes, c’est aussi un développement important, qui confirme notre capacité à livrer la marchandise à large échelle. » En novembre dernier, FLO et sa société mère AddÉnergie ont franchi la barre des 300 employés. L’entreprise avait doublé son effectif en 14 mois, signe de sa croissance soutenue.

Popeye’s est le plus fort

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FLICKR @POPEYE’S SUPPLÉMENTS

Un magasin Popeye’s Suppléments

Ce n’était pas une question de muscles, mais la chaîne de magasins de suppléments alimentaires pour sportifs Popeye’s Suppléments est arrivée en première place du palmarès des commerces québécois offrant la meilleure expérience client – l’étude WOW de Léger, qui en était à sa 12e édition. La firme de sondage et marketing a interrogé 13 000 Québécois au sujet de leur expérience en magasin chez 180 détaillants répartis dans 20 secteurs d’activité. Les détaillants se sont vu attribuer un score sur 100, calculé en fonction de 20 paramètres, tels que la qualité des produits, la compétitivité des prix, la courtoisie des employés, l’ambiance du magasin. Pour la première fois, l’étude incluait une analyse du sentiment d’appartenance à un magasin. Yves Rocher et la SAQ occupent respectivement les deuxième et troisième rangs du palmarès 2021. La chaîne Popeye’s Suppléments compte quelque 140 succursales au Canada, dont 22 au Québec et 5 dans les Maritimes, propriété de Philippe-Antoine Defoy. L’entrepreneur emploie 200 personnes dans l’est du pays.

La montréalaise YallaXash progresse au Maroc

YallaXash avance dans les retraits au Maroc. L’entreprise montréalaise de transfert d’argent a conclu un partenariat avec Chaabi Cash, filiale de la banque marocaine Chaabi, pour ajouter 200 points de distribution aux 4200 qu’elle comptait déjà au Maroc. YallaXash a été fondée en 2018 par des entrepreneurs d’origine nord-africaine, dont son président Emir Lallouche, établi à Montréal. Selon un article paru sur le site marocain Media24, Emir Lallouche avait constaté les obstacles et les frais élevés pour transférer de l’argent depuis le Canada aux parents habitant au Maroc. Son entreprise a créé une application mobile pour faciliter cette opération, soit par virement sur le compte bancaire du destinataire, soit pour retrait comptant à un point de distribution. Après cet affermissement sur le marché marocain, Emir Lallouche a l’intention d’ouvrir de nouveaux marchés en Afrique de l’Ouest dès le deuxième trimestre 2022, a-t-il indiqué dans un communiqué publié cette semaine. Le 30 juin 2021, la jeune pousse financière avait annoncé au Maroc une levée de 6 millions de dirhams (environ 800 000 $) auprès de Maroc Numeric Fund II.

34,5

En chute de 10 points, l’indice de confiance sur trois mois des PME s’est établi à 34,5. Celui sur 12 mois s’est creusé à 52,4. Il s’agit des résultats les plus sombres depuis avril 2020. Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, qui publie ces données préliminaires de son Baromètre des affaires, ces chiffres montrent que la nouvelle série de fermetures et de restrictions a refroidi l’optimisme des PME.