Source ID:b4000aea-3295-44e7-86e2-e2a5332f9a90; App Source:alfamedia

Une filiale américaine pour Urben Blu

Urben Blu est un fabricant de toilettes publiques... (Photo fournie par Urben Blu)

Agrandir

Urben Blu est un fabricant de toilettes publiques autonettoyantes et automatisées basé à Mirabel.

Photo fournie par Urben Blu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Théroux

Collaboration spéciale

La Presse

Urben Blu n'a pas attendu longtemps. Au lendemain de l'élection du nouveau président américain Donald Trump, ce fabricant de toilettes publiques autonettoyantes et automatisées a ouvert une filiale sur le sol américain. La crainte d'un protectionnisme accru, alors que la jeune entreprise mise sur ce vaste marché pour assurer sa croissance, l'a poussée à s'implanter aux États-Unis.

Urben Blu est un fabricant de toilettes publiques... (Photo fournie par Urben Blu) - image 1.0

Agrandir

Urben Blu est un fabricant de toilettes publiques autonettoyantes et automatisées basé à Mirabel.

Photo fournie par Urben Blu

Urben Blu est un fabricant de toilettes publiques... (Photo fournie par Urben Blu) - image 1.1

Agrandir

Urben Blu est un fabricant de toilettes publiques autonettoyantes et automatisées basé à Mirabel.

Photo fournie par Urben Blu

L'EFFET TRUMP

Urben Blu a vendu ses premières toilettes aux États-Unis il y a 18 mois à peine. Depuis, elle y a multiplié les présences dans diverses expositions afin de mieux se faire connaître auprès de clients potentiels, notamment des municipalités ou des réseaux de stations-service et de transport. Mais l'avènement de Donald Trump et sa rhétorique protectionniste ont rapidement suscité l'inquiétude. « On a investi beaucoup de temps et d'argent au développement du marché américain. On ne voulait pas se retrouver le bec à l'eau », indique Johann Lepers, vice-président de cette PME de Mirabel, dans la couronne nord de Montréal.

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR

La campagne électorale a servi de premier signal d'alarme. L'élection de Donald Trump, et son désir de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), a accentué les craintes. « Si, du jour au lendemain, les États-Unis imposaient des taxes et des droits de douane élevés, on risquait de se retrouver devant une barrière qui aurait un impact important sur les prix de nos produits et l'avenir de l'entreprise », souligne M. Lepers. Urben Blu n'a donc pas attendu le début des discussions sur la réouverture de l'entente de libre-échange signée en 1994. Au lendemain de l'élection, elle avait un pied-à-terre aux États-Unis.

ENTENTE DE PARTENARIAT

L'automne dernier, Urben Blu a signé une entente de partenariat avec Ameri-Can Engineering, un fabricant de toilettes mobiles sur roues situé à Argos, dans l'Indiana. Cette entreprise était déjà connue du président d'Urben Blu, Marcel Paré, aussi fondateur de Toilette-Mobile Star Suites, une entreprise qui offre une gamme de toilettes mobiles haut de gamme utilisées lors d'événements spéciaux. Cet accord permet à Urben Blu d'avoir une filiale aux États-Unis. « C'est une coentreprise qui nous permet d'utiliser les capacités de production et les employés d'Ameri-Can Engineering qui, en retour, profitera de nos contrats », explique Johann Lepers.

UNE PIERRE, DEUX COUPS

En ouvrant une filiale sur le sol américain, la PME vient du même coup contourner les obstacles du Buy American Act. En vertu de cette loi, adoptée dans les années 30, les marchandises achetées pour le secteur des transports publics doivent être produites aux États-Unis. Or, grâce à cette présence, Urben Blu vient de décrocher un contrat pour la fabrication de toilettes autonettoyantes pour un terminus d'autobus de la ville de Houston. « Le contrat avait d'abord été octroyé à une entreprise de Nouvelle-Zélande, mais qui n'avait pas d'adresse aux États-Unis. On a remporté le deuxième appel d'offres. »

UN MARCHÉ EN DEVENIR

Les toilettes publiques autonettoyantes sont déjà fortement répandues en Europe, où elles sont installées dans des centres-villes, des aires d'autoroutes, des zones commerciales, des complexes sportifs ou encore des parcs. La ville de Paris compterait environ 400 toilettes du genre dont la cuvette et le plancher sont lavés et désinfectés automatiquement après chaque utilisation. Or, ce concept s'implante graduellement en Amérique du Nord. Malgré son prix moyen d'environ 120 000 $, « c'est plus économique, mais aussi beaucoup plus hygiénique qu'une toilette publique conventionnelle », fait valoir M. Lepers. Des commerçants feraient aussi pression pour leur implantation dans les centres-villes.

DE DISTRIBUTEUR À FABRICANT

À ses débuts en 2010, Urben Blu était simplement un distributeur exclusif d'un concept sanitaire public automatisé fabriqué par une entreprise française. L'entreprise s'est rapidement rendu compte qu'elle devait développer sa propre gamme de toilettes automatisées et autonettoyantes. « Il y avait certaines lacunes de conception, notamment à cause du climat nord-américain », explique M. Lepers. Les coûts d'importation liés au taux de change et aux tarifs douaniers ont aussi pesé dans la balance. L'entreprise, qui en a vendu une vingtaine au cours des quatre dernières années, vient de décrocher un contrat de plus de 50 toilettes pour un réseau de stations-service aux États-Unis et est en discussion avec le géant Chevron.

URBEN BLU EN UN COUP D'OEIL

CRÉATION : 2010

FONDATEUR : Marcel Paré

Concepteur et fabricant de toilettes publiques autonettoyantes et automatisées

NOMBRE D'EMPLOYÉS : de 12 à 30, selon les besoins de production

SIÈGE SOCIAL : Mirabel




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Les PME n'ont pas peur de Trump (pour l'instant)

    PME

    Les PME n'ont pas peur de Trump (pour l'instant)

    Les produits laitiers, le bois d'oeuvre et l'énergie : Donald Trump s'en est pris avec virulence aux échanges commerciaux avec le Canada dans les... »

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer