Source ID:592821; App Source:cedromItem

ABP Canada: se mesurer aux multinationales

Une PME ne doit pas avoir froid aux yeux pour se lancer dans la fabrication de... (Photo fournie par ABP Canada)

Agrandir

Photo fournie par ABP Canada

Sylvain Larocque
La Presse

Une PME ne doit pas avoir froid aux yeux pour se lancer dans la fabrication de produits de papier, un secteur dominé par des multinationales comme Cascades et Kimberly-Clark. C'est le défi qu'a relevé ABP Canada, de Rouyn-Noranda.

Il y a 15 ans, quand Denis Pilon a commencé à parler de son projet de démarrer une entreprise de fabrication de papier hygiénique en Abitibi, des connaisseurs de l'industrie lui ont lancé sans détour: «Tu vas te casser la gueule.»

Aujourd'hui, ABP Canada est l'un des rares fabricants indépendants de produits de papier au pays, plusieurs autres ayant rendu l'âme au cours des dernières années. Plus que jamais, l'industrie est dominée par des géants comme Cascades, Kruger et Kimberly-Clark.

C'est en 2000 que l'aventure a commencé. À l'époque, les gens d'affaires et les autorités politiques de l'Abitibi-Témiscamingue cherchaient à diversifier l'économie de la région, très dépendante des industries minière et forestière. On a d'abord tenté de convaincre des entreprises de l'extérieur de s'installer sur le territoire, mais on s'est vite heurté à un obstacle de taille: l'éloignement géographique.

Devant cette réalité, M. Pilon s'est mis à rêver de fabriquer du papier dans la région. Son but n'était pas seulement de donner un coup de pouce à la région, mais aussi d'intégrer verticalement son entreprise, Norfil, un distributeur abitibien de produits d'entretien ménagers. L'entrepreneur de 53 ans était encore dans la trentaine quand il a acquis Norfil, une entreprise fondée en 1971.

Or, Denis Pilon ne connaissait rien à l'industrie papetière. Qu'importe: des gens d'affaires de la région lui ont rapidement proposé d'embarquer dans ce projet qui nécessitait des investissements initiaux de 1 million. Les organismes de développement économique ont apporté leur appui. Et l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue était prête à donner un coup de main sur le plan technologique.

Les 13 premiers mois de l'usine, installée dans un ancien entrepôt de Rouyn-Noranda, n'ont pas été faciles. Un concurrent, déstabilisé par l'arrivée de ce nouvel acteur, s'est mis à casser ses prix dans l'espoir de le sortir du marché. M. Pilon a refusé de jouer le jeu. Peu de temps après, c'est son rival qui a fermé ses portes.

Rentable dès la deuxième année

Grâce aux efforts intenses de développement des affaires de Denis Pilon et de son équipe, ABP Canada, alors connue sous le nom de Papier Abitibi, a dégagé des profits dès sa deuxième année d'exploitation. Rapidement, une deuxième ligne de production a été mise en place pour permettre à l'usine de fonctionner 24 heures sur 24.

L'entreprise a bénéficié du crédit d'impôt pour la création d'emplois dans les régions-ressources, qui lui a permis d'abaisser significativement ses coûts de main-d'oeuvre.

«En plus, les loyers sont moins chers et la main-d'oeuvre est plus stable en Abitibi que dans les grands centres», précise M. Pilon, 53 ans.

En 2010, des investissements additionnels de 2,2 millions ont été effectués pour accroître de nouveau la capacité de production et automatiser davantage l'usine. Aujourd'hui, ABP fabrique une soixantaine de types de papier hygiénique et d'essuie-mains différents.

Les clients de l'entreprise ne sont pas les supermarchés et les pharmacies, mais les distributeurs qui desservent les marchés commerciaux et industriels. Parmi les utilisateurs des produits d'ABP, on compte la mine Raglan au Nunavik, l'aéroport Trudeau et des commissions scolaires d'Abitibi-Témiscamingue.

Depuis plusieurs années, ABP vend ses produits partout au Canada. Pour diminuer ses coûts de transport, la PME se sert des camions-remorque d'entreprises comme le fabricant de croustilles Frito Lay, qui repartaient souvent vides après leurs livraisons dans la région. Mais il devient de plus en plus difficile de trouver de la place dans les camions, ABP étant désormais en concurrence avec l'embouteilleur d'eau Eska, qui a mis en place le même système.

Au cours des prochaines années, ABP entend procéder à d'autres investissements, ce qui lui permettra d'ajouter des mouchoirs et d'autres produits à sa gamme. En parallèle, l'entreprise prépare son entrée sur le marché américain.

LE PORTRAIT

Année de fondation: 2000

Actionnaires: Denis Pilon, Jacques Blais, Yvan Blais et Martin Durand

Secteur: produits de papier

LE DÉFI

Propriétaire d'une entreprise de distribution de produits sanitaires, Denis Pilon souhaitait intégrer verticalement ses activités en devenant fabricant d'essuie-mains et de papier hygiénique.

LA SOLUTION

Grâce à l'appui de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, des autorités locales de développement économique et d'amis investisseurs, Papier Abitibi, devenu ABP Canada, a vu le jour en 2000.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer