Alors qu’on rapporte de vives tensions entre pêcheurs autochtones et non autochtones, un important incendie s’est déclaré dans une usine de homard de Pubnico-Ouest-le-Centre, dans le sud de la Nouvelle-Écosse, dans la nuit de vendredi à samedi.

Mayssa Ferah
Mayssa Ferah La Presse

Plusieurs brigades de pompiers des secteurs environnants sont intervenues pour maîtriser les flammes qui ont détruit le bâtiment situé le long de la route 335, selon Jonathan LeBlanc, du Service de sécurité incendie d’Eel Brook.

Son équipe a reçu un appel vers minuit. « À notre arrivée, nous avons constaté qu’il était impossible d’accéder au bâtiment vu l’ampleur de l’incendie. Nous avons donc sécurisé le périmètre en nous assurant que les flammes ne se propageaient pas aux édifices environnants. » Sur place, on n’a déploré aucun blessé, a-t-il expliqué à La Presse samedi matin.

De 80 à 120 pompiers de huit municipalités se sont efforcés de maîtriser les flammes jusqu’à 4 h.

Le bâtiment a été complètement détruit et les dommages sont considérables, a ajouté M. LeBlanc.

Pierrette d’Entremont-Crimmins, qui habite la rue adjacente, s’est réveillée en sursaut pendant l’intervention des pompiers. « Il ne reste plus rien du bâtiment », a-t-elle résumé, samedi matin.

Le conflit qui s’est intensifié l’inquiète beaucoup « Il y a beaucoup de peur et de frustration parmi le voisinage. On veut juste que ça se règle. Le conflit divise les gens, la violence monte d’un cran et je crains d’autres gestes dangereux ici ou dans d’autres secteurs. »

Un blessé identifié

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) se sont aussi rendus sur place après avoir reçu un appel autour de minuit. La police fédérale a confirmé samedi après-midi qu’un homme luttait pour sa vie dans un hôpital d’Halifax après avoir subi des blessures « potentiellement mortelles » associées à l’incendie.

Il s’agit d’une personne d’intérêt dans le cadre de l’enquête sur cet incendie considéré comme suspect.

L’usine était inoccupée quand l’incendie s’est déclaré et aucun employé n’a été blessé, a confirmé le sergent Andrew Joyce, porte-parole de la GRC.

« L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un incendie de nature suspecte. Les enquêteurs poursuivent leur travail », a-t-il ajouté.

L’endroit visé est un bâtiment où sont entreposés les homards. Dans une vidéo publiée sur Twitter vers 1 h 30, on peut voir les décombres du bâtiment.

Préoccupé par la situation, Perry Bellegarde, chef de l’Assemblée des Premières Nations, a réagi aux évènements en matinée samedi.

« Mon bureau a contacté la GRC et le gouvernement fédéral pour exprimer la profonde inquiétude des Premières Nations. Je demande une enquête complète et exhaustive des autorités. Je surveillerai la situation et ferai le point plus tard dans la journée », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Le conflit entre les pêcheurs de la nation micmaque et les pêcheurs commerciaux non autochtones concernant les droits de pêche s’envenime, comme le rapportait La Presse samedi matin. Des incendies se sont déclarés dans deux endroits où la communauté micmaque entrepose ses prises.