L'austérité roule en VUS

L'auteur explique que les milliards dépensés annuellement en... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

L'auteur explique que les milliards dépensés annuellement en véhicules neufs nuisent à la compétitivité future du Québec.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Olivier Pineau

Professeur à HEC Montréal et titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie, il collabore régulièrement à La Presse Débats.

En décembre dernier, le Québec a battu deux records: jamais auparavant il ne s'était vendu autant de véhicules utilitaires sport (VUS) un tel mois, et, pour la première fois de notre histoire, il s'est vendu plus de VUS que de voitures.

Les Québécois allant chez les concessionnaires ont ainsi confirmé qu'ils préféraient dépenser, en moyenne, 40 000$ pour un camion léger, plutôt que les 26 000$ requis pour une voiture. Cela leur donnait le privilège, ensuite, de devoir acheter 36% plus d'essence pour parcourir 100 km: ces VUS consomment en effet en moyenne 11,3 litres au 100 km contre 8,3 pour les voitures. En 2014, nous avons ainsi acheté pour 13,4 milliards de dollars en véhicules neufs. Une somme record, en croissance de 2,8% par rapport à 2013. Deux fois plus que l'inflation.

Alors que nous sommes en «austérité» et que certains dénoncent les pipelines ou une éventuelle production québécoise de pétrole, on passe trop souvent sous silence ces choix qui sont faits quotidiennement par les Québécoises et les Québécois. Des véhicules plus chers et plus énergivores, qui ne sont pas expliqués par l'étalement urbain ou le manque de transport en commun. C'est malheureusement l'expression d'une préférence pour le gros et le lourd. Cette préférence se concrétise parce qu'on accorde des prêts trop facilement, ce qui contribue à endetter davantage les ménages.

Les conséquences de cette tendance qui n'est pas nouvelle (le parc de véhicules croît plus vite que la population depuis longtemps) n'augurent rien de bon pour la compétitivité future du Québec. Ces milliards dépensés en véhicules (dont aucun n'est construit ici) dorment plus de 90% du temps dans un stationnement. Ils se déprécient vite. Ils nous poussent à vouloir plus de routes, de ponts, d'infrastructures - à immobiliser donc d'autres milliards pour les faire rouler. Mais la congestion les en empêche de plus en plus souvent.

En plus de réduire notre mobilité, le nombre de véhicules agit aussi négativement sur la santé: on peut lier l'usage de l'automobile à l'augmentation de l'embonpoint et de l'obésité, à une mauvaise qualité de l'air et, évidemment, aux accidents de la route. Si par ailleurs les changements climatiques vous préoccupent, vous ne serez pas surpris de lire qu'ajouter des VUS sur les routes n'est pas exactement un pas dans la bonne direction.

Il est cependant possible d'agir, et même d'agir rapidement. Des sociétés publiques et privées sont prêtes à déployer des options diversifiées de rechange aux véhicules individuels. L'autopartage (Communauto, Car2go) est en pleine croissance. Le covoiturage 2.0 (Netlift, UberX) innove sans cesse. La plus grande flotte d'autobus, qui ne se trouve non pas en ville, mais dans les régions les moins densément peuplées du Québec, s'ouvre enfin à une plus grande clientèle: dans les Laurentides, certains autobus scolaires acceptent ainsi depuis décembre dernier des passagers non-élèves. Les places vides dans les autobus jaunes deviennent accessibles!

Ces solutions ne coûtent rien au trésor public, elles sont moins chères qu'un véhicule privé et bénéficient à tous, notamment parce qu'elles réduisent la congestion pour ceux qui restent en auto solo. Les autorités publiques ont cependant un rôle important à jouer: catalyser ces efforts et leur permettre de s'organiser de manière cohérente. Il faut régler les ambiguïtés légales autour des paiements pour le covoiturage - pour que toute voiture individuelle puisse se transformer en transport en commun. Il faut rendre accessibles tous les stationnements publics à l'autopartage - pour faire tomber des contraintes d'usage. Il faut libérer les millions dormant dans le Fonds vert pour financer le transport en commun - simplement comme c'est prévu.

Ces offres alternatives ne suffiront cependant pas à réduire le nombre de VUS. L'idée d'un ticket modérateur, par exemple un coût d'immatriculation dissuasif proportionnel au poids du véhicule, nous aiderait à sortir de notre trajectoire actuelle, autant en transport que financière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer