L'obsession de la réussite

« Le caractère historique, culturel et mythique du hockey... (Photo Thinkstock)

Agrandir

« Le caractère historique, culturel et mythique du hockey en fait un candidat de choix aux espoirs irréalistes et aux excès les plus rocambolesques », particulièrement vis-à-vis des enfants, soutient l'auteure.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Dugré

Avocate, l'auteure collabore régulièrement aux pages Débats.

C'est en famille que nous avons visionné l'excellent documentaire Parents inc., tourné dans l'univers du hockey mineur. Maman de deux garçons de 10 et 7 ans qui pratiquent ce sport, je fréquente assidûment les arénas depuis plus de cinq ans ; une expérience qui me permet de poser un certain regard sur les moeurs de ce fascinant milieu.

Parents inc. met en lumière deux comportements parentaux distincts ; l'agressivité dans les gradins et la démesure nourrie par l'obsession de la performance et de la réussite. Si la responsabilité du premier appartient à une minorité bien visible et audible, le deuxième est de loin plus troublant et lourd de conséquences pour les enfants.

Ces excès dans lesquels sombrent des parents sont symptomatiques de notre société de performance qui valorise tant le succès et la réussite professionnelle, conjugale et familiale.

Alors que nous vivons à une époque où nous faisons moins d'enfants, nous devons à tout prix réussir ceux que nous avons.

Dans ce contexte, tous les espoirs deviennent permis et aucune dépense n'est trop folle pour cette précieuse progéniture qui, ce faisant, hérite d'un fardeau bien pesant à porter.

Cependant, cette obsession de réussite qui mène aux plus extravagants achats et aux comportements les plus excessifs n'est pas exclusive au monde du hockey. À la poursuite du rêve olympique pour leurs enfants, de nombreux parents de patineurs artistiques n'hésitent pas à louer des glaces privées, à retenir les services de chorégraphes professionnels et à acheter des costumes hors de prix. D'autres engloutissent des sommes astronomiques dans des académies de ski américaines ou européennes. Évidemment, le caractère historique, culturel et mythique du hockey en fait un candidat de choix aux espoirs irréalistes et aux excès les plus rocambolesques.

Y a-t-il donc une solution à ces débordements et cette démesure ?

La recette choisie par l'Académie de l'Impact, l'enclos à parents dont fait état Parents inc., est surtout révélatrice de la nature parentale, tous sports confondus. Les équipes d'entraîneurs ont en effet décidé de garder les parents à l'écart en interdisant les interactions avec leurs enfants. Aussi fascinant que soit par ailleurs ce succès, le projet de construire des cages à parents dans chaque aréna de la province est plutôt utopique. On pourrait sinon songer à imposer aux parents désireux d'inscrire leurs enfants au hockey une formation obligatoire, inspirée de celle que doivent suivre ceux qui souhaitent devenir entraîneurs. À défaut de transfuser du jugement à ceux qui en sont dépourvus, on peut toujours espérer qu'une telle formation arriverait à susciter réflexion et introspection.

Au final, nous devons toutefois éviter de nous lancer dans une campagne de dénigrement du hockey mineur. Pareil exercice serait injuste pour tous ceux qui s'y impliquent avec dévouement et ce serait renier la contribution significative de ce sport au développement des enfants qui le pratiquent avec passion. Comme le soulignait avec justesse Alexandre Jacques dans le documentaire, le hockey est en soi un milieu de leçons de vie où on enseigne notamment aux enfants à se responsabiliser, à affronter et surmonter l'adversité et à développer le respect des entraîneurs, des arbitres et des coéquipiers.

En voyant le petit Zack sangloter derrière son masque de gardien de but à 1400 $ et le jeune Mathieu s'éreinter à lever des poids et accomplir ses 300 tirs au but quotidiens, je me suis demandé ce que ces enfants entretiendront comme souvenirs de leur enfance et de leur expérience dans le hockey mineur. J'ai songé au rôle fondamental que jouent leurs parents, pour le meilleur et pour le pire, dans la fabrication de ces souvenirs. 

À l'issue de notre visionnement familial, nous avons demandé à nos fils ce qu'ils pensaient de nous comme parents de jeunes hockeyeurs. Ils ne nous ont pas décerné de notes parfaites, mais leurs réponses, remplies de candeur et de franchise, m'ont confirmé que non seulement le hockey contribue à leur développement sportif et personnel, mais le privilège que nous avons de les accompagner dans cette aventure nous permet aussi de cheminer avec eux et de devenir de meilleurs parents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer