Où va le Québec, Monsieur Couillard ?

«  La pente sur laquelle le Québec de... (Photo Stéphane Mahe, Reuters)

Agrandir

«  La pente sur laquelle le Québec de Philippe Couillard vient de s'engager mène vers les pires travers du néolibéralisme », constate l'auteur.

Photo Stéphane Mahe, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gérard Bouchard

Historien et sociologue, l'auteur est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs, il collabore régulièrement à la section Débats.

C'est une entrevue surprenante que le réputé économiste Pierre Fortin a donnée au journal Le Devoir (17 octobre), à l'occasion du dixième anniversaire du manifeste des lucides. On se souviendra que l'une des urgences qui avaient motivé cette initiative était l'état alarmant de la dette du Québec. Or, Pierre Fortin, lui-même signataire du manifeste, affirme maintenant : « On était un peu perdu avec les chiffres. (...) En vérité, la dette publique était déjà en train de baisser et on ne s'en rendait pas compte ».

UN PARTI PRIS IDÉOLOGIQUE

On croit comprendre que la dette était donc un faux problème, puisque, en pourcentage du PIB, elle est passée de 61 % en 1995 à 50 % en 2009. Depuis, la dette québécoise est l'une de celles qui ont le moins augmenté. Conclusion de Pierre Fortin : « ...la panique actuelle est absolument injustifiée ». C'est ce qu'avait dit Jacques Parizeau. C'est ce qu'avaient dit aussi quelques économistes de gauche.

On s'interroge dès lors sur ce qui fonde la politique agressive d'austérité poursuivie par le gouvernement Couillard (des coupes qui mènent en fin de compte à réduire l'aide alimentaire aux élèves de milieux défavorisés... ?), sinon un parti pris strictement idéologique - et pas mal d'insensibilité.

L'argument de la discipline budgétaire qui a fait élire le Parti libéral cachait-il un « agenda » ?

On serait tenté de croire qu'il s'agissait de transformer notre société afin de l'infléchir vers le tout au marché, l'individualisme néolibéral et la loi du plus fort : chacun devient son propre « entrepreneur », les autres sont des compétiteurs ou des rivaux. Que deviennent la solidarité et la cohésion sociale ? Et pourquoi réduire les impôts, la taille et le rôle de l'État, en même temps que les services publics ? On se prend à craindre que des intérêts privés soient en train de faire main basse sur l'État, comme ils l'ont fait aux États-Unis et ailleurs.

UN QUÉBEC QUI SE DISSOUT

Je dis : un parti pris idéologique. Il n'existe pas telle chose qu'une société, disait Mme Thatcher, il y a seulement des individus. Par moment, on croirait que le gouvernement s'inspire de ce précepte (avec une préférence pour les riches) en appauvrissant le système éducatif, les CPE, la culture, la santé publique, les loisirs, pendant que les organismes communautaires (dont nous aurons bien besoin pour accueillir les réfugiés) manquent cruellement de ressources. À long terme, ces politiques ouvrent davantage la voie aux favorisés, accentuent les inégalités, créent de la précarité, favorisent les égoïsmes sociaux et affaiblissent le lien social.

Et c'est dans ce contexte que, le 3 décembre dernier, La Presse nous apprenait que les médecins québécois bénéficient annuellement d'un milliard de primes « incitatives » qui soulèvent apparemment bien des questions.

Ce à quoi aspire la grande majorité des Québécois, c'est une société soucieuse d'équilibres, qui fait preuve de compassion, qui s'efforce à l'équité dans ses choix collectifs en soutenant à la fois les entreprises et le salariat, qui s'occupe d'économie, mais aussi de culture, et sait réformer dans le respect des citoyens. C'est aussi un gouvernement démocratique qui consulte avant de se lancer dans des changements radicaux au lieu de pratiquer un autoritarisme croissant qui indispose. La pente sur laquelle l'État vient de s'engager mène vers les pires travers du néolibéralisme. La note à payer en fin de compte (une démobilisation sociale, un retard dans l'éducation et la recherche, une déloyauté des gouvernants envers la population, une hausse des problèmes sociaux) risque d'être énorme.

Qui veut de ce Québec-là ? Est-ce vraiment le mandat qui vous a été confié, Monsieur Couillard ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer