Le « Québec bashing » à coup d'oléoduc

L'auteur ne comprend pas pourquoi certains projets d'oléoducs... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'auteur ne comprend pas pourquoi certains projets d'oléoducs peuvent être contestés en toute quiétude, tandis que d'autres, comme Énergie Est, causent un émoi dans le reste du Canada lorsque le maire Coderre exprime ses inquiétudes devant celui-ci.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Boucar Diouf

Humoriste, conteur, biologiste et animateur, il collabore régulièrement à la section Débats.

Vous souvenez-vous de la stratégie de communication de TransCanada qui a été divulguée dans les médias en novembre 2014 ?

Il paraît que cette façon cavalière de fonctionner est chose du passé et que l'entreprise va jouer cartes sur table pour gagner la confiance de la population. Ce sont là les dires du vice-président du Québec et du Nouveau-Brunswick pour l'oléoduc Énergie Est, Louis Bergeron. Du moins, avant que l'Office national de l'énergie (ONÉ) ne reproche à l'entreprise, cette semaine, de manquer de clarté dans la documentation qu'elle fournit au public.

Si bien, ajoute l'organisme, que même des experts peinent à s'y retrouver dans ces documents. Pourtant, à ceux qui seraient tentés de rejeter d'emblée la construction de cet oléoduc, monsieur Bergeron rappelle : « C'est comme si on se faisait dire, on va cesser de construire des avions parce qu'il y a déjà eu des accidents, même si on sait que l'avion est le mode de transport le plus sécuritaire ».

Le seul problème dans cet argumentaire, c'est qu'on n'est pas obligé de prendre l'avion quand on en a peur. Alors que l'oléoduc, monsieur Bergeron, est une menace potentielle pour des millions de gens qui boivent l'eau du Saint-Laurent et de ses tributaires majeurs, qui seront traversés quotidiennement par 1,1 million de barils de pétrole. En 2015, une faible quantité d'hydrocarbures dans l'eau de Longueuil, où j'habite, a suffi pour créer une gigantesque crise. Sans être catastrophiste, je ne veux donc même pas imaginer ce qu'une contamination majeure engendrerait comme conséquences à Montréal.

Si TransCanada veut vraiment changer d'approche, il faut d'abord qu'elle arrête de minimiser les enjeux de sécurité, qui sont bien réels. Une étude menée par Polytechnique Montréal qui, bizarrement, a été publiée par le gouvernement pendant l'effervescence du temps des Fêtes nous apprenait encore qu'à cause de l'instabilité de certaines berges propices aux glissements de terrain, le projet est techniquement réalisable, mais risqué pour une trentaine de rivières. Une inquiétude qui a été exprimée de façon sentie par monsieur Coderre, au nom des 82 maires de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Après sa sortie, comme on pouvait s'y attendre, il y a eu un énorme épisode de « Québec bashing ». Des tirs groupés, sur fond de mépris, en provenance de certains politiciens de l'Ouest, qui font réaliser à quel point le Canada pratique parfois une tolérance à deux vitesses.

La Colombie-Britannique, qui représente le chemin le plus court pour acheminer le pétrole de l'Alberta vers la mer, ne veut pas d'un oléoduc et ça ne fait grimper personne aux rideaux. Même le premier ministre Trudeau, alors qu'il était simple député, s'est opposé à cette éventualité en nous expliquant à l'émission Tout le monde en parle qu'il était préoccupé par les beaux parcs que devait traverser l'oléoduc sur son chemin vers le Pacifique. Mais quand le maire de Montréal parle au nom d'une agglomération équivalant à 12 % de la population canadienne, il est bien permis de dégainer sur le Québec avec des arguments réducteurs du genre : « Vous avez touché l'argent de la péréquation, alors vous devez accepter de vous faire passer ce tuyau. »

Je me demande parfois où loge réellement le gouvernement du Québec dans ce dossier chaud. Est-ce que monsieur Couillard peut, au nom de l'environnement, s'insurger ouvertement contre l'exploration à Anticosti et encourager la construction d'un oléoduc qui traverserait 828 cours d'eau de tous les calibres pendant sa promenade de 688 km en territoire québécois ? Est-ce que le retour du Canada plus vert et écoresponsable que nous chantait le premier ministre Trudeau à Paris est compatible avec un projet dont l'objectif principal est d'augmenter la production des sables bitumineux de près de 40 % ?

Maintenant que le maire de Montréal a dit haut et fort que le projet comporte des risques importants pour notre environnement et trop peu de retombées pour notre économie, je me demande aussi avec quelle gymnastique intellectuelle tout ça sera réemballé et porté par le nouveau messager pour nous convaincre d'avaler la même pilule.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer