Qui Harpeur du niqab ?

Les chefs en campagne ont tous dû faire... (PHOTO FRED THORNHILL, REUTERS)

Agrandir

Les chefs en campagne ont tous dû faire leur lit sur la question du niqab.

PHOTO FRED THORNHILL, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Boucar Diouf

Humoriste, conteur, biologiste et animateur, il collabore régulièrement à la section Débats.

Monsieur Harper,

À vous entendre parler de droits des femmes comme si vous aviez été élevé par Marie Gérin-Lajoie ou Thérèse Casgrain, on oublie presque qu'on vous doit la fermeture de douze des seize bureaux régionaux de Condition féminine Canada ; on oublie presque qu'on vous doit la marginalisation décriée des projets d'aide humanitaire liés au contrôle des naissances ; on oublie presque votre insensibilité quant au dossier des femmes autochtones disparues ; on oublie presque que derrière vous, en Chambre, sont assis des députés qui s'insurgent contre le libre choix et caressent secrètement le rêve d'un retour à la criminalisation de l'avortement. En déclamant pendant un débat ne jamais vouloir dire à votre jeune fille qu'une femme devrait se couvrir le visage parce qu'elle est une femme, vous faites preuve d'une grande habileté politique. Mais rassurez-vous, monsieur Harper : votre fille est déjà Canadienne et n'aura donc jamais à prêter ce serment de citoyenneté, qui est le seul moment où ce symbole d'inégalité vous dérange. D'ailleurs, si l'entrée à visage découvert dans la famille canadienne vous tient tant à coeur, pourquoi vous n'en parlez qu'à la seule nation québécoise dans cette campagne ?

Monsieur Trudeau,

À vous écouter, on a parfois l'impression d'entendre un intégriste de ce multiculturalisme canadien érigé en religion par des idéologues et des intellectuels qui voient dans la Charte de votre papa un texte sacré et immuable. Il se trouve qu'un peu comme l'enfantement dans la douleur promis à la femme dans la Bible ne voyait pas venir la péridurale, cette charte ne pouvait pas non plus prévoir toutes ces nouvelles tentatives de subversion qui bousculent aujourd'hui d'autres valeurs fondamentales du Canada qu'on croyait sécurisées. Or, monsieur Trudeau, dans ce choc des valeurs, le barrage de castors qui protège ces acquis sociétaux durement gagnés a beau paraître solide, quelques brèches mal colmatées peuvent suffire à envoyer un jour la forteresse dans le torrent. 

Le premier ministre britannique David Cameron a affirmé que le multiculturalisme dans son pays était un échec. Peut-être qu'il faudrait aussi revoir celui de son jumeau canadien pour éviter d'arriver un jour au même constat.

À toujours défendre les extrêmes, on finit par stigmatiser davantage les minorités que la charte visait à protéger au départ en les offrant en pâture à une presse avide de sensations et génératrice d'amalgames.

Monsieur Mulcair,

Si vous pensez que le niqab est un sujet factice dans cette campagne électorale, vous oubliez peut-être la cuisante débâcle d'André Boisclair, en 2007, conséquence de sa position chancelante par rapport au dossier sensible des accommodements raisonnables et du crucifix à l'Assemblée nationale du Québec. Quand la presque totalité de la province rejette le serment à visage couvert et que vous décidez de combattre ce que vous considérez comme une tyrannie de la majorité, vous semblez aussi montrer la façon dont vous écouterez la population une fois au pouvoir. Plus qu'une « arme de distraction massive », le niqab est parfois aussi un symbole de provocation politique qui déchaîne des passions dans bien des démocraties libérales, et la population a le droit de s'inquiéter au-delà de ce cas anecdotique qui enflamme les esprits. Lorsque ce voile s'est invité dans la campagne, j'ai naïvement pensé, comme disait l'autre, que votre tête aussi était ronde pour permettre aux idées de changer parfois de direction. Maintenant, j'ai l'impression que vous pensez vraiment détenir la vérité absolue sur le sujet. Pourtant, il y a un grand risque à enlever son alliance marquée d'une fleur de lys pour essayer de séduire plus large.

Monsieur et madame Tout-le-Monde,

J'espère que pour l'avenir du Canada, le jour du scrutin, ce vêtement ne voilera que celles qui le portent et non le discernement des électeurs que nous sommes quant aux vrais enjeux de cette campagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer