Film Stars Don't Die in Liverpool: la vedette d'Hollywood et son jeune acteur

Peu de gens se souviennent de l'actrice Gloria Grahame. Pourtant, la sulfureuse blonde a tourné dans une cinquantaine de films et gagné l'Oscar de la meilleure actrice de soutien en 1953 pour son rôle dans The Bad and the Beautiful.

Les livres d'histoire l'ont effacée et les studios d'Hollywood l'ont écartée un peu à cause de sa vie privée un brin scandaleuse. Mariée avec quatre hommes différents, dont Nicholas Ray, elle a fait scandale en épousant quelques années après leur divorce le fils du cinéaste, Tony Ray, qu'elle aurait, selon la rumeur, débauché alors qu'il n'avait que 13 ans.

Mais Film Stars Don't Die in Liverpool, adapté du livre du même titre de Peter Turner et qui met en vedette Annette Bening et Jamie Bell, évoque une autre époque: l'époque où Gloria, réfugiée dans la province anglaise et âgée de 54 ans, est tombée amoureuse d'un acteur de 26 ans de Liverpool. Leur histoire d'amour a duré trois ans et elle est au coeur de Film Stars Don't Die in Liverpool, ville où Gloria Grahame a passé ses derniers jours en 1980 dans la famille ouvrière de Peter Turner, avant d'être emportée par un cancer.

Histoire véridique

Selon le réalisateur Paul McGuigan, rencontré à Toronto à l'automne, les droits du livre paru en 1986 ont été achetés il y a plus de 20 ans par une productrice, amie d'Annette Bening. «À l'époque, Annette était trop jeune pour le rôle. Mais quand j'ai repris le projet récemment, elle est la seule actrice à qui j'ai parlé. Et quand Jamie est venu pour l'audition, j'ai su immédiatement qu'il était fait pour le rôle, notamment en raison de son accent de Liverpool et de ses racines ouvrières semblables à celles de Peter. En passant, tout dans ce film est véridique. Nous n'avons rien inventé, sauf la scène où Gloria et Peter répètent pour Roméo et Juliette. Ça, c'était un cadeau à Peter Turner qui aurait voulu pouvoir jouer la pièce avec Gloria. On lui a d'ailleurs confié le rôle du type qui vient placer les chaises sur scène.»

Au grand écran, la chimie entre cette actrice hollywoodienne un peu fantasque, réduite à jouer dans des théâtres de province, et ce jeune acteur issu d'un modeste milieu ouvrier est palpable et, surtout, parfaitement crédible. Mais à Toronto, à la table de conférence où ils ont pris place, Annette et Jamie, un acteur et danseur révélé pour son rôle dans Billy Elliot, ressemblaient plus à des étrangers qu'à des amants, ce qui dit toute la mesure de leurs talents.

Gloria Grahame et Humphrey Bogart dans In a... (Photo fournie par Columbia Pictures) - image 2.0

Agrandir

Gloria Grahame et Humphrey Bogart dans In a Lonely Place, sorti en 1950

Photo fournie par Columbia Pictures

«J'ai regardé une foule de ses films avant d'entreprendre le tournage. Je ne voulais pas imiter Gloria, mais la rendre avec le plus de justesse et d'authenticité possible pour qu'elle n'ait jamais l'air fausse.»

Jamie Bell, pour sa part, a raconté combien il était impressionné de tourner avec Bening, combien il avait peur de ne pas être à la hauteur et combien le climat de confiance qui s'est immédiatement installé entre eux l'a rassuré et lui a permis de s'abandonner à son personnage, chose qu'il a faite sans fausse note.

Le sujet de l'âge

En mai prochain, Annette Bening qui est mariée depuis plus de 20 ans à Warren Beatty, avec qui elle a eu quatre enfants, aura 60 ans. Comme elle joue le rôle d'une actrice vieillissante écartée par la machine hollywoodienne à cause de sa vie tumultueuse, mais aussi en partie à cause de son âge, impossible de ne pas y faire allusion.

L'âge n'est pas un sujet qu'Annette Bening aborde de gaieté de coeur. «Écoutez, moi, je suis reconnaissante de travailler et de pouvoir continuer à peaufiner mon art. Est-ce que je me préoccupe de mon physique? Bien sûr que oui. La vanité ne m'est pas étrangère. Ce serait anormal qu'elle le soit, mais, bien franchement, ma préoccupation première, c'est d'être une actrice avec l'âge que j'ai, mais aussi avec l'expérience que j'ai. À ce chapitre, je suis fascinée par Vanessa Redgrave qui se fout éperdument de son âge ou de ce dont elle a l'air quand elle joue, au cinéma comme au théâtre.»

C'est Elvis Costello qui a écrit la chanson thème du film, You Shouldn't Look at Me That Way. La petite histoire veut que le réalisateur et la productrice du film soient allés à un concert de Costello à Londres avec l'intention de lui proposer d'écrire une chanson pour le film. Or quelle ne fut pas leur surprise de voir apparaître à mi-concert une photo de Gloria Grahame sur scène. Ils l'ignoraient, mais Costello était un fan.

Pour le reste, Film Stars Don't Die in Liverpool est une jolie et touchante histoire qui démontre que l'amour n'a pas d'âge ni de classe sociale et qu'en fin de compte, même si Liverpool est loin d'Hollywood, il arrive que des stars de cinéma y trouvent le bonheur et le paradis jusqu'à la fin de leurs jours.

_______________________________________________________________________

Film Stars Don't Die in Liverpool prendra l'affiche le 9 février.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer