Jérémie Renier: l'un et l'autre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est un peu le petit frère de François Ozon, grâce à qui sa vocation d'acteur s'est véritablement confirmée. Près de 20 ans après Les amants criminels, Jérémie Renier est l'amant double du film du même nom, un thriller érotique dans lequel il incarne deux personnages distincts.

Il y a quatre cinéastes avec qui Jérémie Renier entretient des liens très étroits. Il y a d'abord Luc et Jean-Pierre Dardenne, bien sûr, qui l'ont révélé en 1996 en lui donnant un rôle dans La promesse et qui en ont fait l'un de leurs acteurs fétiches (L'enfant, Le silence de Lorna, Le gamin au vélo). Bertrand Bonello a aussi fait appel à lui, notamment dans Le pornographe et, plus récemment, Saint Laurent, dans lequel il incarnait Pierre Bergé, face à Gaspard Ulliel. Et puis, il y a François Ozon. Qu'il retrouve à la faveur de L'amant double, adaptation du roman de Joyce Carol Oates, dans laquelle il donne la réplique à Marine Vacth.

«Je ne donnerais pas mon accord à ces cinéastes sans même voir ce qu'ils proposent, mais quand on est aussi proches, il est certain que je me verrais mal refuser de jouer dans leur film ! expliquait l'acteur au cours d'un entretien accordé à La Presse lors de son passage au festival Cinemania. J'adore le cinéma de François en tant que spectateur parce qu'on ne sait jamais dans quel genre d'univers il va nous entraîner d'un film à l'autre. Pour un acteur, c'est très intéressant. Mais si je devais un jour refuser l'une de ses propositions, le connaissant, je crois qu'il le prendrait très mal. Il me ferait probablement la gueule pendant des années!»

Un film «très sexuel»

Quand il s'est arrêté au Québec le printemps dernier, en marge de la sortie de Frantz, le cinéaste avait déclaré qu'après avoir réalisé un film très chaste dans lequel, pour une rare fois, il n'y avait aucune scène «chaude», il avait ensuite plongé dans le tournage d'un film «très sexuel». Dans L'amant double, Jérémie Rénier incarne un double rôle, dont celui d'un psychanalyste qui entretient une liaison torride avec l'une de ses patientes.

«François n'a pas tout de suite pensé à moi, je crois, car il a toujours de moi une image de jeunesse, comme si j'étais son petit frère, indique l'acteur. Mais j'ai pu lire le scénario, et l'occasion de jouer simultanément deux personnages aussi différents l'un de l'autre était vraiment alléchante. L'aspect thriller érotique m'inspirait aussi beaucoup. Comme j'adore retrouver François, je ne pouvais pas passer à côté.»

Au dire de l'acteur, le tournage s'est déroulé de façon très «simple». Des répétitions ont eu lieu au préalable afin de créer un climat où les acteurs pouvaient jouer leur rôle sans ressentir d'inconfort.

Marine Vacth et Jérémie Rénier dans L'amant double,... (Photo fournie par MK2 | Mile End) - image 2.0

Agrandir

Marine Vacth et Jérémie Rénier dans L'amant double, un film de François Ozon.

Photo fournie par MK2 | Mile End

«À cause des scènes de nudité, il fallait qu'une forme d'intimité s'installe très vite, et François nous a accompagnés, Marine et moi, de façon très rigoureuse. Il savait exactement comment il allait découper ses scènes. Nous les avons répétées de façon très précise afin que nous puissions ensuite nous sentir plus libres. Il est certain qu'à partir du moment où l'on accepte de jouer dans un film de ce genre, on sait qu'il faudra tourner ces scènes-là et les assumer. Donc, il est important de bien les préparer afin qu'il n'y ait pas de gêne. Je dirais que tout cela s'est passé dans le travail, l'amusement et la bienveillance. François ne fait pas partie de ces metteurs en scène qui souhaitent créer un malaise ou instaurer un climat déstabilisant. Il n'y a rien de malsain dans son approche.»

Un premier film en boîte

Jérémie Renier doit à François Ozon sa vocation d'acteur. C'est en effet sur le plateau des Amants criminels que le jeune acteur belge, alors âgé de 18 ans, a véritablement pris la décision d'exercer cet art. 

«Auparavant, c'était plus difficile pour moi, explique-t-il. Quand je suis arrivé sur le plateau des Amants criminels, on dirait qu'un déclic s'est fait, grâce à François. L'atmosphère sur son plateau était très différente. C'est aussi là que j'ai compris que le rôle d'un acteur dépassait le fait de savoir se placer devant une caméra!»

À vrai dire, l'intérêt principal de Jérémie Renier au départ était d'obtenir une expérience de plateau, laquelle est passée par le jeu. Mais l'adolescent de l'époque jouait avec une caméra depuis toujours et il a filmé d'innombrables petits courts métrages «improbables» avec ses potes.

Cette envie de passer derrière la caméra le rattrape maintenant. Avec son frère Yannick, Jérémie Renier vient de réaliser un premier long métrage, Carnivores, dont la sortie est prévue le printemps prochain en France.

«Cette envie remonte à plus loin que mes débuts comme acteur, mais je n'ai jamais osé la revendiquer, fait-il remarquer. Au fil de mon expérience sur les plateaux, j'ai pu constater à quel point le travail d'un metteur en scène était colossal et j'ai toujours eu peur de ne pas être à la hauteur. Mais là, ça a été plus fort que moi et j'ai trouvé un binôme pour me rassurer: mon frère Yannick. Je m'aperçois d'ailleurs que l'expérience d'un tournage sur le plan humain est ce qui compte le plus à mes yeux. On souhaite toujours que les films aient ensuite une belle carrière, mais cet aspect m'importe moins, car peu importe l'accueil, il me restera toujours le souvenir de la création.»

_______________________________________________________________________

L'amant double prendra l'affiche le 24 novembre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer